Obstinément Inlassablement Vivre

Obstinément
Inlassablement
Vivre
Oui vivre
Donner
Des ailes
À son cœur
S’endurcir
Mais sans perdre jamais
La tendresse
Se nourrir
De poésie et de beauté incandescente
Qui immunisent l’âme immaculée
Contre tous les virus de l’homme

Enfant
Je collectionnais
Les couchers de soleils inénarrables
Et parlais aux étoiles
De mes rêves trop grands
Rien n’a changé
Je rêve encore je rêve toujours
Trop grand
De devenir écrivain
Marcher sur la terre
Découvrir le monde
À la lumière de mes mots
Et à chaque ciel de feu
Je tremble et refais le vœu

D’écrire

Comme d’autres

Plantent des arbres

MAOB

One Love !!!


#écrirejustejusteécrire
#BeenAroundTheWorld
#OnTheMoonForLove

Un samedi soir Quelque part Sur la terre

On est là…

Un samedi soir
Quelque part
Sur la terre

Le Club des poètes, à Paris, est ouvert.
À tous les cœurs qui battent, ou tentent.
De battre des ailes.
Au cœur du poème.
Merci à Blaise Rosnay, pour l’accueil toujours chaleureux en ce lieu, où l’on sait tant, suspendre le temps.
Merci à Urbain Rinaldo, pour la compagnie musicale d’un bleu renversant. Ce moment improvisé ensemble est gravé, et en appelle d’autres à mon sens, car « dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la beauté. Toute la place, est pour la beauté. »
Merci à Sandrine, d’avoir filmé cet instant.
Fragment d’éternité.

La maison devant le monde

La maison devant le monde est ouverte
Par tous les temps
À tous les vents
À tous les gens
De passage
À l’acte de vivre

La maison devant le monde danse
Dans tous les sens
Du mot
Collier de perles qui parlent
Aux femmes et aux hommes
En errance sublime

La maison devant le monde est ouverte
À tous les chants
À toutes les voix
À toutes les fois
Aux rescapés de tous les camps
Aux sans dents, aux sans toits et aux sans droits

La maison devant le monde danse
Poème au bord des lèvres
Poignée de main chaleureuse
Bienveillance dans le regard
Sourire qui s’offre à celles et ceux qui souffrent
Dans le tumulte des saisons sèches d’amour véritable

La maison devant le monde
N’appartient à personne
Mais à toutes et à tous
Solitaires solidaires et clochards célestes
Trempés dans la mélasse
De la tendresse jusqu’au cœur

MAOB

Bienvenue chez vous,

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire
#redonnerdusouflleàsonsouflle
#réapprendreàvivre

Rien n’est plus Fragile que la vie

Rien n’est plus

Fragile que la vie
Plus précaire que le privilège d’aimer et d’être aimé(e)
Plus certain que la mort au bout de la vie de l’amour
Rien n’est plus absolu que la poésie
Pour chanter l’amour
Déifier la vie
Défier la mort
Ultime destin
Au bout du chemin

Rien n’est plus

Tout peut
Recommencer
Alors
La vie
L’amour
La poésie
Dans le coeur
Et le corps
Encore

MAOB

One Love !!!

#écrirejusteécrire
#nouveaurecueilencours

Il y aura toujours une femme ou un homme poème ou poète

il y aura toujours
une femme ou un homme
poème ou poète

pour nous dire
résiste ou meurs
va vis et deviens
le poème que tu portes
le poète que tu es
la femme ou l’homme qui va libre
dans le tumulte du monde

il y aura toujours
une femme ou un homme
poème ou poète

pour nous rappeler
au désordre ou à l’ordre
et à la lumière de nous-mêmes
au doux soleil de nos espoirs d’argile
et de nos quêtes d’azur délicates fragiles
la femme ou l’homme qui va, vibre
dans la tendresse du monde

il y aura toujours

un poème

pour toi et toi seul(e)
pour guider tes pas
ordonner tes silences
recoudre ta parole blessée
tisser l’aube et faire advenir le jour
renommer l’à venir toujours
dans la nuit pleine du monde

il y aura toujours

un poème

ou un poète

Aimé

un Cahier d’un retour

à soi

à la vie

à la poésie

à la poésie de la vie

malgré toute la violence du monde

un cahier d’écolier

dans lequel on a écrit enfant

à l’encre bleue indélébile d’un songe de feu

il y aura toujours

un poème

femme ou homme

dont les bras en fleurs sont refuge

abri d’amour ou d’amitié profonde

manteau épais pour affronter l’hiver

bouquet de mots tressés ensemble

pour fixer l’horizon et le vertige des rêves

toucher à la quintessence des vers

chargés de souvenirs du futur qui s’écrira

demain dans la paume de main de l’être

humain par essence

humain par résistance

humain par résilience

humain par existence

digne et debout

MAOB

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire
#nouveaurecueilencours

Revenir Sans cesse À la poésie

Revenir

Sans cesse

À la poésie

Laisser advenir

Le poème

Faire fleurir

Le poème

Nourrir

Le poème

Devenir
Le poème
Porté dans le regard
Le sourire et la voix

Redevenir
Humain
Plus grand
Que soi

Recourir

Sans cesse

À la poésie

Ultime tendresse

En temps de détresse

De l’âme

Et désordre du monde

Écrire

Juste

Juste

Écrire

Jusqu’à l’amour

MAOB

#écrirejustejusteécrire

Tant de fleurs Dans le cœur

Tant de fleurs
Dans le cœur
Encore
Mortes écloses
À mi-saison
D’ombre et lumière

Peut-être que je n’écris pas
Ou plus de poésie
Mais tous mes rêves de plein jour
Peut-être même
Que je n’ai jamais écrit un seul poème
Mais seulement l’espérance qui me court
Dans les veines
Et mon amour, tout mon amour, tout cet amour
Qui irrigue toujours
Mon corps de texte
Et mon âme à feu et à sang d’encre sublime

Dans le cœur
Tant de fleurs
Encore
Mortes écloses
À mi-saison
D’ombre et lumière

Peut-être que je n’écrirai pas
Ou plus de poésie
Peut-être même que je n’écrirai plus jamais
Un seul poème
Mais seulement la vie, la vie elle-même
La vie qui file en étoile
Et laisse parfois sur le carreau
Les mots de trop, les maux d’ego
Le sens et le non-sens cachés
Sous le plafond des phrases
Et des actes manqués

Encore
Tant de fleurs
Dans le cœur
Mortes écloses
À mi-saison
D’ombre et lumière

La première fois que je me suis suicidé
J’avais vingt ans
La poésie m’a ressuscité
Depuis je vis meurs et renais
Dans chaque vers étincelle
Revis à la confluence des fleuves
Qui me fondent et font de moi
Ce que je suis :
Un marcheur sur la terre et un chercheur d’art
Garçon nomade devenu vagabond céleste
Poète errant dans tous les vents du monde

MAOB

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire

Relire Bobin

À l’orée
Du chemin
Relire Bobin
Et ses vers
Étincelles
Qui aident
À traverser
Tous les hivers
Résister
Et rester invictus
Été

Repenser
Ému
Au rire éclatant
De Jean-Michel
M’entendre
Encore
Lui dire souriant
« Le théâtre est un art Martial »
Parler
Avec lui
De Césaire
Tant Aimé
De nos volcans
Intérieurs
De poésie
Et profondeur
De verticalité
De vocation
Et profession
De voix
De prophétie
De foi
Dans l’humain
De feu
Dans les mots
Et encore
De foi
Toujours
De foi
Dans l’humain
Malgré tout
Parce que nous

À l’orée

Du chemin

Relire Bobin

Pour la lumière

La lumière

La lumière

MAOB

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire
#poursaluerJMM

Toujours Sur la route Des rêves

On est là…

Toujours
Sur la route
Des rêves
Le chemin
Des poèmes
La route et le chemin
De soi(e)
La route et le chemin
Vers l’autre

Merci à Jhonel, Boubacar, Koye, Rose, Fiac Sy, Delphine, Iso, Édouard et à toute la team Goni du Niger, pour le partage de la beauté, des couchers de soleil, des sourires et des rires qui éclatent, des freestyle en aparté, de l’ambiance old school, des brochettes saupoudrées de yagi et du feu.

Des poèmes.

La vie ?
Un présent, à s’offrir
Chaque jour, chaque nuit

…ici et maintenant

On continue à fabriquer
Nos propres utopies
Sans rien attendre
De personne d’autre
Que nous-mêmes…
Debout !!!

One Love !!!

#TourDuMondePoétique
#LifeisAPoetrip
#OASSLLExperience
#BeenAroundTheWorld
#Niameynam