À contre-courant

On peut traverser la vie, à contre-courant avec un seul poème en poche. Aller d’îles en iles, de villes en villes, de pays en pays, avec ses mots, sa joie inaliénable et sa mélanfolie douce pour seuls bagages.
 
On peut rejoindre à la nage libre la rive du rêve, ou se rejoindre soi-même ivre à la page, à la lisière du réel.
 
À mi-chemin d’ombre et lumière.
 
Se perdre ou se retrouver.
 
Au carrefour du silence et de la parole essence.
 
On peut revenir de tous les enfers, escalader ses désastres, se relever de tout et s’élever toujours vers plus grand que nous.
 
On peut guetter le jour d’après, quêter l’aurore, chercher, trouver la sortie de secours du monde, fermer les yeux, ouvrir les bras, sourire au ciel.
 
On peut se dire, se redire qu’on est vivant et qu’on a rien d’autre dans la vie que de l’être, rien de plus précieux, rien de plus urgent, rien de plus fragile aussi.
 
On peut attendre le messie qui n’arrivera pas, ou au contraire faire, défaire, refaire sans cesse l’ouvrage, parfaire son art de vivre à hauteur d’âme, dans la simplicité inépuisable des choses essentielles : le langage des fleurs qui s’ouvrent au matin mutin, le sourire d’un amour la nuit au mitan, la caresse du soleil, le souffle du vent, l’horizon qui chante l’oraison heureuse, le chant des possibles.
 
Encore.
 
Et toujours.
 
On peut.
 
Se prêter main tendre.
 
Afin d’interpeller demain.
 
Ensemble.
 
Oui, on peut.
 
Tout.
 
Et Tout peut.
 
Tout peut être.
 
Tout peut être annulé.
 
Sauf nous.
 
 
MAOB
 
One Love !!!
 

Mont Cameroun

De l’instant magie
Majestueux
Le Mont Cameroun surgit
À l’horizon rouge de feu
Et mes mots tremblent sur la feuille
Et dans ma voix habitée de silence bleu
Sita na timbi mboa
Poète
Par amour
J’ai commencé
À écrire
Pour allumer
Des étoiles
Dans les yeux
De ma mère
Les mêmes astres
Scintillant
Son regard
Quand elle parlait
Des livres
Qu’elle aimait
J’avais l’âge lyrique et je portais déjà
Sur mon visage et dans mon sourire
Toutes les intuitions du monde qui me fondent
Et font de moi ce que je suis et serai toujours
Derrière les poèmes
Un marcheur et un chercheur d’art
Partout sur la terre que j’arpente
En long et en large depuis plus de vingt ans
À la recherche de moi-même et d’autres êtres
Substantiels alliés aux ailes déployées
Dans le vertige du temps labyrinthe suspendu
 
De retour
Au sud de mon cœur
J’écris
Face à la montagne de mes souvenirs
Sésames précieux et précis
Qui m’ouvrent à tous mes chemins d’errance
À commencer par celui éternel, de l’enfance
J’écris
Les jours et les nuits
À venir
Les jours et les nuits
À revenir
Jour et nuit
J’écris
À en faire revenir l’à venir
Même d’outre-tombe
J’écris
Parce que je n’ai pas le choix
J’ai fait le songe d’une autre humanité
Et une promesse à une mère, à un père
Et à leur fils bien aimé, fils aîné
Que je suis
À la trace
À la lettre
J’écris pour elle, pour lui, pour nous, pour vous
 
Suza brille de mille vœux
D’orage, d’amour et d’espérance
L’utopie est
Ce qui n’existe pas… encore
Nous le savons, alors mettons cœur
À l’ouvrage ensemble, âmes et corps
Il y a tant à défaire, à refaire
Tant à dire, à redire, à prédire
Tant à écrire, à réécrire
Tant à créer, à recréer, à inventer, à réinventer
La chaleur originelle
L’intelligence émotionnelle
Et la tendresse en chansons de Dina Bell
L’utopie est
Ce qui n’existe pas… encore
L’utopie est
Ce qui n’existe pas.. encore
« Rien n’est vrai, tout est vivant »
Et tout peut
Tout
Rien n’est perdu
Rien n’est acquis
Nous sommes requis
À la barre de nos rêves
Et ici voyez-vous, Suza brille, de mille vœux
 
De l’instant magie
Majestueux
Le Mont Cameroun surgit
À l’horizon rouge de feu
Et mes mots tremblent sur la feuille
Et dans ma voix habitée de silence bleu
 
Sita na timbi mboa
 
MAOB
 
Crédit photo : Tata Mareme
 
One Love !!!
 
 

En chair et en mots, musique et images…

On est là.. 🙂
 
En chair et en mots, musique et images…
 
« Traversé(e)s » est le titre de l’adaptation pour la scène de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), et aussi du film que je réalise, documentaire-fiction, dont je vous partage ici un extrait tourné aux Comores, à Ngazidja, sur une des dernières plages après la fin du monde…
Marahaba mindji à Rabies pour son écoute et ses notes bleues, et à Amal Attoumani mon complice de tournage.
 
One Love !!!
 
 

Sur La Lune le 24 octobre à la Condition Publique

On est là… 🙂
Sur La Lune SAMEDI 24 OCTOBRE à la Condition Publique, à Roubaix…
Cartographies subjectives | Nouvelles cartographies – Labo 148
+ Médias & représentations | Nouvelles cartographies – Labo 148
▶ Une journée toute en poésie
Venez partager, en famille ou entre amis un moment de poésie, en présence des membres des éditions La Marge, du Collectif On A Slamé Sur La Lune et de la dream team du Labo 148.
▶ Programme
14:00 > 16:00 – Ateliers : photo à l’Afghan box, création sonore, collage, gravure, fabrication de la revue de poésie La Velociraptora Histrionica avec l’équipe des éditions La Marge
17:00 > 18:15 – Emission de radio live « La Manufacture des rêves »
La Manufacture des rêves est une utopie radioactive du Collectif On A Slamé Sur La Lune, présentée en live par Manalone, Capitaine Alexandre et leurs invité(e)s, chroniqueurs et artistes d’ici et d’ailleurs, sous le regard enjaillé de Coulibaly Souleymane
dit Soro Solo dit Vié-Père 🙂, parrain de l’émission.
La Collection de poésie L’iconopop et la revue Intranqu’îllités fondée par James Noel
et Pascale Monnin seront mises à l’honneur, et des textes offerts en partage, pendant l’émission et dans le temps de poèmes prévu ensuite, scène ouverte de slam poésie et musique.
On the moon.
Anne Bocandé nous emmènera en voyage littéraire. Et nous aurons le bonheur aussi, d’échanger avec l’ami frère Ken Wongyoukhong photographe des âmes et de découvrir le nouvel album du hermano Toninho Almeida, qui nous fera le cadeau à valeur inestimable de plusieurs titres en live.
18:30 > 19:45 – Temps de poèmes, avec les auteur(e)s de L’iconopop Lisette Lombe
et Suzanne Rault-Baret, Flora et Simon de La Marge, les étudiant(e)s de l’Université de Lille inscrit(e)s en classes de déclamation du Collectif OASSLL, et lecture d’extraits du roman de Marc Alexandre Oho Bambe “Les Lumières d’Oujda” paru aux éditions Calmann-Levy.
Merci à Ute Sperrfechter, Barbara Lerbut et aux équipes du Labo 148, en particulier à Julien, qui nous accueillent pour un moment précieux.
D’humanités, enlianées.
One Love !!!
P. S: pour les ami(e)s qui venaient pour mon set dj, j’ai envie de vous dire « Party » remise, et on s’enjaillera quand même, de mots, de musique et de poésie vibrantes 🙂
⬇️ INFORMATIONS PRATIQUES ⬇️
sam 24.10 | 14:00 – 20:00
Gratuit/Entrée libre
📍LA CONDITION PUBLIQUE📍
Contact / Réservation :
+33 (0)328334833
billetterie@laconditionpublique.com

A la librairie La Forge, Marcq-en-Baroeul

On est là… 🙂
Merci à Gwenaelle Bel et à toute l’équipe de la magnifique librairie La Forge à Marcq, pour l’invitation chaleureuse et l’accueil en ces temps crispés.
Merci aux amis de quinze ans et au public présents, et à Anne Bocandé, qui a assuré son rôle de modératrice avec brio.
Merci aux lectrices, aux lecteurs, et aux libraires, qui portent mon roman nouveau au cœur et me le témoignent depuis sa parution en août, je suis ému et honoré, de nos partages.
Je jouerai de mon livre, « Les lumières d’Oujda »(éditions Calmann-Lévy) et en lirai quelques extraits, ce Samedi 24 octobre à la Condition Publique, à Roubaix, en merveilleuse compagnie de poétesses et poètes invité(e)s du Collectif On A Slamé Sur La Lune.
Ami(e)s de la métropole Lilloise, rendez-vous à 17h à la CP, pour traverser. Ensemble !!!
One Love !!!
P. S: merci à Nicolas et à Franck Bourillon, pour les photos.

On A Slamé Sur La Lune …

On A Slamé Sur La Lune …
Collectif de troubadours et ménestrels.
Chercheurs d’art.
Guetteurs d’aurores
Quêteurs de sens.
Chantant.
L’humain.
Le monde.
Aujourd’hui, hier et demain.

Merci à Alain Ngann, pour son regard sur notre art et cette séance photo mémorable dans son magnifique studio à Douala.

One Love !!!

#OASSLLExperience
#Expoésie2020
#IndependanceDays

BRAZZA VIBES Again. And again.

On est là …

BRAZZA VIBES Again. And again.
Merci à Khady Fall Faye Diagne, au FILAF et à l’IF du Congo, pour l’invitation chaleureuse et l’accueil.
Merci à mon fils, Ange Alexandre, pour l’émotion offerte, la scène est son jardin, heureux et fier de le voir avancer sur son chemin d’artiste, et d’homme.
Merci à my men Fred Ebami et Albert Morisseau Leroy, OASSLL for life, à Sandrine Constant best agent for ever , à Gaelle Rauche, Caroline Bentz, et à la team des Mamans du Congo, pour le partage de cette scène de poésie, de musique et de feu. Hope is on the road.
Merci à Dimitrios et Kenza du Collectif Styl’Oblique, pour leur participation à la fête, et à l’équipe technique de l’IF qui a donné le meilleur d’elle-même, malgré les coupures de courant et l’organisation compliquée. On l’a fait.
Enfin, merci au public, pour le clap de fin, ensemble, ici et maintenant. C’était beau, c’était fort. Merci encore à toutes et tous, on se retrouve en septembre. Au bord du fleuve. Congo.

Festival Le Livre à Metz

On est là …

Dans le Républicain, qui revient sur la soirée de clôture du Festival Le Livre à Metz, entre slam, poésie et Afro Jazz.
Merci à Gasandji, Christophe Isselee et Calvin Yug, pour le partage de l’instant, fugace d’éternité. Amazing grace !!!
MERCI encore aux publics qui nous portent.
Haut. Et toujours plus loin. En nous-mêmes. Soleils Debout!!

De retour de Brazzaville, et cueilli à Metz

On est là …

De retour de Brazzaville, et cueilli à Metz par une telle chaleur humaine, que je peine à redescendre… Sur terre.
Les émotions se bousculent en moi, il y a eu tant de temps forts, ces jours derniers, ici et là-bas, là-bas et ici, la vie qui passe, plus vite que les vacances d’été, la vie poème toujours, sur le fil de l’instant. Diamant.
Merci à Gasandji, Christophe Easy Lee, et Calvin « Quincy Jones », pour le partage des poèmes et du feu. L’Arsenal était on fire, c’est le cas de le dire, et nous aussi je crois
Merci à Ange, pour l’énergie depuis la salle, avant, pendant et après le spectacle, na som également pour les photos/vidéos de pro
Merci au Festival LE LIVRE A METZ pour l’invitation et au public – quel public-, pour son accueil et la fin de notre set, inénarrable. J’en ai en corps la chair … de foule

Quelques villes à l’horizon, en cette fin février et en mars

Reprendre
La conversation
Le périple
La tournée des poèmes
Dans le privilège
Du soleil et du vent

MAOB

Quelques villes à l’horizon, en cette fin février et en mars : Verson, Evreux, Rennes, St Pol de Léon, Bordeaux, Paris et son salon du livre, Tunis et sa région, Berne, Rome, Pau et son Orchestre et Alain, et la Bretagne à nouveau pour fêter le Prix Louis Guilloux que j’ai reçu pour Diên Biên Phù, à Plouha et à Binic …

One Love !!!

crédit photo : L’oeil de Ken

#LifeisAPoetrip
#VolePapillonVole
#TourDuMondeEnPoésie
#OASSLLForLife