Entre El Jadida et Safi

On est là …

En tournée poétique et repérage pour mon film.
Entre El Jadida et Safi, le charme des après-midi sans fin, et la tendresse en battement d’ailes.
La poésie des instants hors du temps, fragments de joie arrachée aux jours qui filent, défilent en cortège d’images sublimes subliminales.

De quoi s’agit-il?
De vivre ou réapprendre à vivre, et rester vivant.
Comment?
En résistant aux « assassins d’aube », et cela commence peut-être, par refuser de leur ressembler.

De tout coeur.

De quoi s’agit-il?
D’être, et non d’avoir.
Être soi-même, être de relation. Élégant, même par mauvais temps.
Être, au rendez-vous avec soi-même et avec les autres.
Les autres?
Celles et ceux qui osent leurs causes primordiales et comme nous, tentent de battre des ailes en nourrissant leur lumière de lumière, comme nous tremblent, de terre, de mer, d’amour et de feu.

De quoi s’agit-il?
De poursuivre le voyage, continuer à aller voir ailleurs si on y est, la liberté est sur le chemin. Des poèmes.

One Love !!!

En répétition pour mon concert à l’Alliance Française de Safi

On est là …

En répétition pour mon concert à l’Alliance Française de Safi, dernière date de mon séjour poétique au Maroc.
Merci à Luis, pianiste virtuose, qui habillera mes mots ce soir. Et merci à Lucas, Marine Durand et Aziz Kaouthar, pour l’invitation à ouvrir la saison culturelle.

One Love !!!

 

« J’ai fait un rêve » – J’irai slamer chez vous – Episode 2

« J’ai fait un rêve », bulle poétique à El jadida, Adib Errouich habille mes mots de notes d’un bleu sublime.

Texte extrait du livre « Le Chant des possibles », éditions La Cheminante.
Mazagan, septembre 2017.
J’irai slamer chez vous, épisode 2.

Histoires de Dire à Cagnes sur Mer le 27 Juillet

Concert littéraire à Cagnes-sur-Mer le 27 juillet à 21h30 dans le jardin du Musée Renoir
‘Le Chant des possibles – Un livre en Live’

Je monterai sur scène en fort belle compagnie de Caroline Bentz (au piano et à la vielle à roue), Albert Morisseau Leroy ( au chant des mots) David Amar ( à la trompette), Emmanuelle Pepin (à la danse de l’âme) et un jeune rappeur de 16 ans en « so special » guest …


Journées PoET PoET à Nice, La Gaude, Saorge … Sur La Lune

Retour en images sur 4 jours « or » du temps, instants suspendus sur le fil d’une émotion rouge poème, moments magiques de gestes et sourires, ivres de vivre.

Nous sommes, parce que vous êtes. Ubuntu…

Merci à Sabine Venaruzzo et à toute la belle équipe du Poet-Bureau pour la douce invitation et le merveilleux accueil qui nous a été réservé lors de ces Journées PoET PoET à NICE, LA GAUDE, SAORGE … Sur La Lune.
Fierté et bonheur d’avoir été le parrain de cette 11è édition exceptionnelle, aux dires des uns et des autres … 

Il y avait de la poésie à tous les étages, dans la communion entre artistes et public, dans les regards échangés et la flamme allumée.
De la poésie traversée ensemble, presque main dans la main de notre espérance sublime.

Merci à Emmanuelle PepinDavy Sur, David, Sara MaurinKane, Sabine, artistes magnifiquement habités, qui sont entrés dans la danse de mes mots et des notes bleues d’Alain Larribet, ami-frère dont le chant de vie étincelle les aurores boréales. En nous.

Merci au public venu en nombre à chaque étape du festival, oui merci à toutes et tous, pour l’écoute miraculeuse et le partage des poèmes et du sens.

A quoi sert la poésie? « A faire battre le coeur fort » dit une enfant chère au mien, en cela elle rejoint sans le savoir encore, René Char qui nous dicte ceci :

« Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la beauté. Toute la place, est pour la beauté ».

La beauté nous l’avons touchée, portée, embrassée, ensemble!!!
Merci à toutes et tous, pour la poème retrouvé, fragment d’éternité et viatique précieux pour poursuivre le voyage en musique vers nous-mêmes et les autres, à la rencontre du monde.

Il y a un truc avec Nice, enfin je crois … 

Alain Larribet et moi vous embrassons et vous sourions de TENERIFE où nous jouons ce Vendredi 17 MARS, en « deuxième partie »  des élèves du Lycée Jules Verne de Santa Cruz qui accueille notre duo en résidence de création artistique.

One Love!!!

Sur le plateau de France 3 Région Alpes-Côte d’Azur

Sur le plateau de France 3 Région Alpes-Côte d’Azur, pour parler de poésie dans tous ses états, de résistance par l’art et la culture, du Printemps des poètes à Nice et des Journées Poët Poët dont je suis le bien heureux parrain cette année.
Merci à Sabine Venaruzzo, directrice du festival pour l’invitation et le bel accueil.
Merci à la journaliste Magali Roubaud et à France 3 pour le relais médiatique de notre action poétique sur le territoire.
Ami(e)s de la région, retrouvons nous et chantons, les possibles ensemble : 

– ce vendredi 10 mars à La Gaude à 19h (déambulation artistique sur le parking du village),
– samedi 11 mars à 15h à la Médiathèque Nucera à Nice en belle compagnie de l’ami Alain Larribet et à 18h à la librairie La Briquetterie dans le Vieux Nice
– dimanche 12 mars à 14h au Monastère de Saorge

One Love!!!


Lire à Douala

Na som, Lire à Douala, c’était beau et bon, pour le coeur et l’âme.
Merci à toute l’équipe d’organisation, membres fondateurs et bénévoles, Mareme Samb en particulier, pour l’invitation à chanter les possibles en terre natale. Merci pour le bel accueil, et toutes les perspectives nées au fil des jours.
Merci à Kidi BebeyMarie Lissouck Ecrivain, et au plus jeune d’entre nous, le doyen Henri Lopès, pour cette semaine intense, riche d’émotion et d’intelligence collectives.
Le sens de la vie est là, peut-être, dans la magie des rencontres qui nous élèvent. Vers nous-mêmes.
Merci à l’IFC qui m’a chaleureusement ouvert sa porte et a formidablement reçu le spectacle de mon « Livre en Live ».
Merci à mes camarades de poésie, lectures chantées et musique improvisée, Marsi EssombaSadrak Pondi, Mike Epaka, Moto (é bobé), Diawara, Lady B, Estelle, Le Berger, Hervé Yamguen, Biboum (Kunde), pour le partage du feu sur la scène de l’IFC et la liesse d’être vivant ensemble, à Bali. Pour moi la rue de la joie, n’a jamais aussi bien porté son nom. Nous sommes des Résidents de la République des idées et du bonheur partagé  
Merci aux jeunes poètes qui se sont jetés aux mots et ont osé commettre un attentat poétique pendant mon concert, j’en garde un souvenir grand et fort.
Merci à Severine Kodjo-Grandvaux, pour la maestria avec laquelle elle a animé les échanges littéraires, j’ai appris beaucoup de ces conversations avec Henri et Kidi, j’ai appris beaucoup d’eux et de moi. 
Merci aux amies Sue LogaMaïrah Moukoury Moulema, Dorine Ebenye, et aux frangins Dominique Mahend, André Hot et Ewané Nja Kwa, d’avoir été là.
Merci enfin au public venu en nombre aux conférences et au concert, merci aux élèves, notre coeur de cible, les élèves des collèges et lycées de New-Bell, Bonendalè, Bonadoumbe, enfants êtres-anges à l’innocence fragile auxquels nous avons répété toute la semaine, que la littérature, la poésie, les arts, la culture sont des « armes miraculeuses » qui aident à construire sa pensée propre et supporter le monde.
Des « armes miraculeuses » qui enseignent à envisager la beauté, énoncer la beauté, embrasser la beauté, ne jamais renoncer.

A la beauté.

Je viens d’arriver à New-York, avec Douala dans les veines.

One Love!!!

douala-5

douala-4

douala-3

douala-2

douala-1

#LeChantDesPossiblesAuMboa
#VivreEcrireLireADouala
#DoualaParisNewYork
#UnHommeEtDesLivresEnLive
#CamerounOMulema