Dire n’est jamais trop dire

On est là… 🙂
 
Je quitte La Roche Sur La Lune, avec le sentiment du devoir de transmission accompli, heureux de cette semaine de résidence au Grand R. C’était puissant, comme dirait mon fils 🙂
 
Nous avons été « sérieusement joyeux », pour reprendre les mots de Christian, participant du week-end d’écriture que j’ai mené cœur tambour battant 🙂
 
Heureux aussi d’avoir fait sortir mes étudiant(e)s du Conservatoire, section théâtre, de leur zone de confort, du plateau du Cyel.. Ensemble nous avons commis quelques attentats poétiques en ville et c’était beau, et fort, de les voir hésiter, s’enhardir, y aller et porter poème sur la place publique, s’émouvoir de l’écoute des gens, de leurs sourires, de leurs retours bienveillants.
 
Dire n’est jamais trop dire.
Le bonheur peut être, un instant.
Fugace d’éternité.
 
Na som jita à Sophie et Éloïse du Pôle littérature de la scène nationale, pour l’invitation et le merveilleux accueil, à chacune, à chacun, à toutes et à tous, adultes, élèves, avec moi embarqués pendant ces quelques jours on the moon, pour la joie sérieuse, les cadeaux de mots et gâteaux berbères, les cœurversations amorcées et la confiance accordée.
 
Merci encore à Nicolas Repac pour la traversée, l’improvibration jeudi soir, moment de grâce touchée ensemble.
 
Merci enfin à Francis Lampériere et à Nathalie, pour l’énergie collective, la scène ouverte de poésie et musique organisée au Champ Libre, adresse que je vous recommande chaleureusement si vous passez dans le coin, c’est un havre de belle humeur et de groove.
 
Vous pourrez y commander « la route du Rhum du Capitaine » et rencontrer Souad la gentillesse incarnée.
 
Comme on dit à Babi, c’était doux !
 
And now direction la Bretagne qui me gagne 🙂, le voyage continue, faire ma part dans cette si noble entreprise, « rendre la poésie inévitable et contagieuse », c’est bien de cela qu’il s’agit, n’est-il pas Blaise Rosnay ?
 
One Love !!!