À Yaoundé, quelques matins plus loin

On est là…

À Yaoundé, quelques matins plus loin.
Longtemps longtemps, après les années Messa.
Entre pays rêvé et pays réel.
Entre-deux.
Parenthèses enchantées.
Toutes voiles dehors.
Brèches ouvertes.
Comme nos blessures.
Et nos espérances.
Ouvertes. Elles aussi.
Sur nos futurs

On a parlé de co-construction, de co-organisation, de collaboration, de collectif et de sens, d’écoute et d’échos, de résonances, de l’autre en soi, d’énergie renouvelable. Ensemble.
On a partagé nos expériences sur scène et dans la vie, nos doutes et nos espoirs.
Ensemble.
On a kiffé. La life. La poésie des instants. La musique « m’aime » de nos silences habités. L’Afro jazz sous les manguiers. Le goût des mangues matin midi soir.
Ensemble.
On s’est donné la main, donné le mot, donné le salam et la paix de l’âme.
Ensemble.
On a fait ce qu’on croyait juste : slamer sur la lune, écrire juste, juste écrire, être juste, juste être, dire juste, juste dire, en tout temps et en tous lieux, écrire, être et dire qui nous sommes et de quel côté nous nous inscrivons, nous écrivons, du côté de la beauté, qui dissipe les ténèbres, et les vieilles ombres.
Et il ne saurait y avoir de beauté pleine, sans justice, ni dignité, ni liberté, pour chacune, chacun, pour toutes et pour tous.
Il y a tant.
De choses à écrire, dire, vivre et faire vivre en chœur.
Ensemble.
Tant de jolies choses à créer, pour pouvoir s’en souvenir fou sourire à notre dernier soir sur cette terre.
Tant de brèches, à ouvrir aussi, à ouvrir encore.
Et pas seulement, plus seulement, je le réalise radicalement, pour nous évader du réel, mais pour le transformer, le sublimer, à notre échelle modeste.
Ouvrir des brèches dans l’espace et le temps, c’est agir, déjà.
Imaginer. Envisager. Inventer. Le jour d’après.
Le jour, présent à s’offrir. Toujours

Ouvrir des brèches, c’est bel et bien de cela qu’il s’agit en poésie, également. Définitivement.
Ouvrir des brèches, pas seulement les colmater.
Ouvrir des brèches et peut-être aussi, allumer des mèches.
En soi. Et en l’autre, parfois.
L’autre, celle ou celui qui nous lit, nous dit qui nous sommes dans sa voix, dans ses yeux, et qui elle est, qui il est, dans notre voix, enrouée, nos yeux, embués.
Notre regard.
D’enfant perdu, retrouvé.
Entre deux rives.
Deux rêves.
Entre-deux.
Feux.

J’ai quitté le Cameroun fils, j’y suis revenu père.
Et toujours plus fier du mien, et de sa femme, ma mère.
Fier de mes parents, ému par le parcours de vie de celui et celle qui m’ont inoculé l’amour de la culture et des belles lettres, et le virus de l’être.
Je regarde mon pays natal et et j’entends sa jeunesse boulevesante, pétrie de talents multiples, et je me dis que ce nous avons raté individuellement, collectivement pour les jeunes générations, elles ne pourront le réussir un jour qu’à la seule condition du Collectif, débarrassé des haines et jalousies intestines, du tribalisme qui gangrène notre histoire comme un cancer du colon. Et nous pouvons, chacune, chacun, faire notre part, modeste. Ensemble. Avancer vers une aube nouvelle, réapprendre à nous abreuver à la même eau de vie. Source de tous les possibles.

Ouvrir. Les bras.
Pour accueillir l’à venir, cueillir l’instant.
Poème.
Carpe diem.
Ouvrir. Le cœur.
Pour laisser y pénétrer sa lumière, la lumière.
Toute la lumière.
Du monde.

Merci à Abomba Louise, Sadrak, Fred Ebami, Albert Morisseau Leroy, Gaelle Rauche, Ange Alexandre, Jimmy le Slameur, Hugues Tchoumegni, André Ngoah, Jean Stéphane Mebonde Ndongo, Ernis Ernis, Djemi La Slameuse et toutes celles et tous ceux dont je n’ai pas les contacts ici et qui ont participé aux rencontres organisées dans le cadre de la remise du Prix Orange du Livre Afrique à Yaoundé cette semaine, na som, na som jita, pour le partage. Na son encore, à Calvin Yug, Serges Epoh et Marsi Essomba

One Love !!!

#TourDuMondePoétique
#LifeisAPoetrip
#OASSLExperience
#CamerounOmulema

A Yaoundé … Sur La Lune…

On est là …

A Yaoundé … Sur La Lune…
Bien arrivé au Cameroun, en famille, pour la cérémonie de remise du Prix Orange du Livre Afrique.
Au programme, rencontres artistiques et ateliers, masterclasses et slam poetry jam ce soir, MARDI 21 MAI 2019 au Cipcalab Patrimoine Culturel (de 18 à 20h30) et ensuite au STREET CORNER à partir de 21h30.
Ami(e)s du coin, amoureuses et amoureux des mots, on vous espère en nombre.
Merci au frangin Sadrak pour la réactivité poétique, et merci aux lieux qui nous accueillent au mot levé.
Gaelle Rauche, Ange Alexandre, Fred Ebami, Albert Morisseau Leroy, Calvin Yug, Serges Epoh, et moi avons hâte de partager avec vous, la musique, la poésie et l’art. De la vie.
André Ngoah, Grimo Art, Hugues Tchoumegni, Free-t Tchenganou, à ce soir?

Diên Biên Phú, le récital le 26 avril à Étables-sur-mer

On est là … 🙂

De retour en Bretagne, pour fêter avec les lectrices et lecteurs des côtes d’Armor, le Prix Louis Guilloux que j’ai reçu pour Diên Biên Phù, mon roman premier.
Le Tagarin nous accueille ce soir pour une lecture musicale, Caroline Bentz, Gaëlle Rauche, Albert Morisseau Leroy et moi-même, offrirons au public de la librairie, notre récital, adaptation mon livre en live.
Les frangins Calvin Yug et Christophe « Easy Lee » ne seront pas loin. Il se peut que la fête littéraire prévue, déborde en impro jazz. 🙂

One Love !!!

#TourDeFrancePoétique
#LifeisAPoetrip
#BienvenueàDiênBiênPhù
#LaBretagneMeGagne


« Opéra Slam Baroque » au Théâtre National de Bordeaux le 16 avril à 20h

Pour sa dernière soirée de soutien à SOS MEDITERRANEE France, Bienvenue me donne carte blanche.
En présence de Bérangère Matta, chargée de la mobilisation citoyenne pour l’ouest de la France, pour SOS MEDITERRANEE.

Je serai en belle compagnie de mes soeurs et frères d’art Alain Larribet (chant, harmonium indien, duduk et percussions), Caroline Bentz (piano et vielle à roue), Gaelle Rauche (slam poésie), Manalone (slam poésie), MAKJA (chant), Maras Poésie, Souleymane Diamanka, Beata Umubyeyi Mairesse et Cheikh Tijaan Sow
Œuvre de Jean Rooble (graffeur)

________________________________________
Bienvenue Mobilisation pour les réfugiés – Édition 2019
Du 04 au 16 Avril 2019

L’an passé, pour sa première édition, BIENVENUE avait collecté près de 10 000 euros au profit de l’ONG SOS MEDITERRANEE qui porte secours aux personnes en détresse en Méditerranée centrale. Avec l’ensemble des associations qui interviennent localement auprès des réfugiés et l’engagement de nombreux artistes et structures culturelles, nous avions pu mesurer l’importance de la mobilisation citoyenne sur une question qui interpelle notre humanité.
________________________________________

Liens :
Programme complet : https://urlz.fr/9fJB
Programme résumé : https://urlz.fr/97Hu
Collecte solidaire : bit.ly/PotBienvenue2019-2
Réservations (fortement conseillées) pour les autres évènements: http://bit.ly/ResaBienvenue2019
Contact : lecollectifbienvenue@gmail.com

Weekend lunaire à Gap et Chorges

On est là …

De retour d’un weekend lunaire à Gap et Chorges, en belle compagnie, artistique, humaine. Toujours.

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas, les mots prennent corps et cœur, de plus en plus fort, je regarde Gaëlle, Albert, j’entends et vois Aminata, Mireille, Alassane, personnages de roman. Caroline offre le doux écrin de sa musique bleue, elle habille le silence et nos textes de notes qui suspendent l’instant. Fragment d’éternité.

« Diên Biên Phù » est un roman, mon premier.
C’est aussi un récital, notre récital.
D’humanités enlianées.
Humanité des personnages, humanité des artistes qui me font le présent de porter ce texte avec moi, sur scène.
Nos voix liées racontent l’histoire, la grande, avec sa violence et ses ténèbres, ses ombres qui nous fixent encore, nous fixent toujours.
Nos voix liées racontent aussi, la petite histoire, musique intime d’âmes en errance, espérance, résistance.
Nos voix liées incarnent enfin, amours et amitiés qui sauvent et élèvent, femmes et hommes.

En quête de lumière et de paix.

Merci à la médiathèque de Chorges et à Marie-Paule « Poppins » pour l’invitation et l’accueil, l’engagement et la po-éthique qui nous lient et nous obligent, merci à La Passerelle qui a ouvert ses portes, à nos flows et tempo.
Merci aussi, pour la « claque » théâtrale, « Saigon ».

Merci à Sandrine Constant pour l’organisation du rêve éveillé, tout le travail en amont, les sourires grands et les photos.

Merci pour le voyage ensemble, à Gaelle Rauche, Albert Morisseau Leroy, Caroline Bentz … et Fred Ebami, jamais très loin.

Continuons de regarder la beauté. Droit dans les yeux.
Sans jamais la dévisager.

One Love !!!

À la bibliothèque d’Évreux , pour la Nuit de la lecture

On est là …

À la bibliothèque d’Évreux , pour la Nuit de la lecture.
Na som jita pour le voyage ensemble, à Diên Biên Phù, à Gaelle Rauche, Caroline Bentz et… Fred Ebami
Merci pour le partage. Du feu, qui nous brûle. Poème.
Et un big big up à mon ami mon frère Fred, habité, pour sa première fois sur scène, dans la peau d’un personnage de roman.

Merci à toute l’équipe de la bibliothèque, pour l’invitation et le chaleureux accueil, les rires et le repas improbable

Merci au public pour la belle écoute offerte, à nos mots et à nos notes. Indigo.

Et un merci toujours plus grand, à Sandrine Constant
pour l’organisation du rêve, et à Manalone pour la force et la fraternité rieuse.

One Love !!!


#BienvenueàDiênBiênPhù
#TourDeFrancePoétique
#LaLittératureEstUneFête
#PrixLouisGuilloux
#RésistanceEtEspérance
#OASSLLforLife
#OnTheMoonForLove

A la Sorbonne Nouvelle pour l’Université de l’Engagement

On est là …

Retour en images à la Sorbonne Nouvelle où se tient l’Université de l’Engagement pendant trois jours.
Merci à Marc Germanangue et toute la direction de l’Institut, pour l’invitation à partager poésie, éthique, po-éthique peut-être.
Merci à Gaelle Rauche, pour le moment vécu ensemble, en conf’errance et en ateliers, avec des lauréats formidables dont les mots et les sourires interpellent l’avenir et repoussent les ténèbres.
Merci au public de ce matin, salle comble et debout, pour l’écoute et l’énergie belle transmise, l’émotion accueillie.
Dans la tendresse infinie d’un jour bleu joli, (col)porteur de rêves fragiles et d’espérance sublime.

Bienvenue au cœur de notre 6è continent

On est là …

Marahaba mendji à Dagenius Abdou Kamal-Dine, Albert Morisseau Leroy, Gaelle Rauche, Leslie, Yax Yax, Rébis, Papa Loté, Amal Attoumani, Al, Fatima Salim Said Ali, pour le partage du rêve éveillé.
Et du feu qui nous brûle, poésie du jour infini que nous portons toutes et tous. En nous.
Bienvenue au cœur de notre 6è continent, ici tout est possible. Toujours.
Na som jita aux ami(e)s, à la famille de Moroni, il a suffi d’un rien, grand comme un tout, pour que nous nous sentions bien ici.
Marsi Essomba, Sabina Rony, Khalil, vous étiez là. Aussi.

Slam Poésie des 5 continents ce samedi 29 septembre à Moroni

On est là …

Nous avons rendez-vous avec nous-mêmes debout, ce samedi 29 septembre à l’Alliance française de Moroni.
Ami(e)s de Ngazidja, bienvenue au Slam Poésie des 5 continents. Nous vous espérons en nombre, sur La Lune…