Mont Cameroun

De l’instant magie
Majestueux
Le Mont Cameroun surgit
À l’horizon rouge de feu
Et mes mots tremblent sur la feuille
Et dans ma voix habitée de silence bleu
Sita na timbi mboa
Poète
Par amour
J’ai commencé
À écrire
Pour allumer
Des étoiles
Dans les yeux
De ma mère
Les mêmes astres
Scintillant
Son regard
Quand elle parlait
Des livres
Qu’elle aimait
J’avais l’âge lyrique et je portais déjà
Sur mon visage et dans mon sourire
Toutes les intuitions du monde qui me fondent
Et font de moi ce que je suis et serai toujours
Derrière les poèmes
Un marcheur et un chercheur d’art
Partout sur la terre que j’arpente
En long et en large depuis plus de vingt ans
À la recherche de moi-même et d’autres êtres
Substantiels alliés aux ailes déployées
Dans le vertige du temps labyrinthe suspendu
 
De retour
Au sud de mon cœur
J’écris
Face à la montagne de mes souvenirs
Sésames précieux et précis
Qui m’ouvrent à tous mes chemins d’errance
À commencer par celui éternel, de l’enfance
J’écris
Les jours et les nuits
À venir
Les jours et les nuits
À revenir
Jour et nuit
J’écris
À en faire revenir l’à venir
Même d’outre-tombe
J’écris
Parce que je n’ai pas le choix
J’ai fait le songe d’une autre humanité
Et une promesse à une mère, à un père
Et à leur fils bien aimé, fils aîné
Que je suis
À la trace
À la lettre
J’écris pour elle, pour lui, pour nous, pour vous
 
Suza brille de mille vœux
D’orage, d’amour et d’espérance
L’utopie est
Ce qui n’existe pas… encore
Nous le savons, alors mettons cœur
À l’ouvrage ensemble, âmes et corps
Il y a tant à défaire, à refaire
Tant à dire, à redire, à prédire
Tant à écrire, à réécrire
Tant à créer, à recréer, à inventer, à réinventer
La chaleur originelle
L’intelligence émotionnelle
Et la tendresse en chansons de Dina Bell
L’utopie est
Ce qui n’existe pas… encore
L’utopie est
Ce qui n’existe pas.. encore
« Rien n’est vrai, tout est vivant »
Et tout peut
Tout
Rien n’est perdu
Rien n’est acquis
Nous sommes requis
À la barre de nos rêves
Et ici voyez-vous, Suza brille, de mille vœux
 
De l’instant magie
Majestueux
Le Mont Cameroun surgit
À l’horizon rouge de feu
Et mes mots tremblent sur la feuille
Et dans ma voix habitée de silence bleu
 
Sita na timbi mboa
 
MAOB
 
Crédit photo : Tata Mareme
 
One Love !!!
 
 

Masterclass à Douala

On est là… 🙂
Embarqué dans cette belle aventure d’écriture, de livre-ensemble, de littérature et de poésie chargées de futur, aux côtés de Hemley Boum, Beata Mairesse, Anne-sophie Stefanini et Rodney Saint-Éloi sous l’égide de la Fondation MAM à Douala.
Vous êtes jeune auteur(e) vivant au Cameroun, portez un manuscrit en vous, avez un travail d’écriture en cours, cet appel à candidatures est pour vous.
Les inscriptions aux masterclass que nous offrirons en avril à Suza, notre fabrique d’utopies, sont ouvertes…
One Love !!!

Fin de résidence Faim du monde

Fin de résidence
Faim du monde
Encore
Faim du monde
Toujours
La Maison de la Poésie en Normandie, est d’abord une Maison, ouverte, accueillante et chaleureuse, tiers-espace et haut-lieu de relation. Et d’actions, de gestes.
D’art et d’âmes.
Merci à Patrick son directeur, qui a habillé mes mots de quelques notes de guitare jazz hier soir, à Jérôme Revel pour l’animation ensemble d’un match de foot 🙂 pardon d’un mirifique atelier d’écriture mercredi, à Charlène Damour pour le compagnonnage joyeux dans les classes de collège qui m’ont accueilli ces dernières semaines, et à toute l’équipe, vraiment, pour la bienveillance de chaque instant. Écrire dans ces conditions est un cadeau, et définitivement les lieux ressemblent aux êtres qui les portent.
Ici, on partage
L’ivresse et la tendresse des poèmes
Le Neufchâtel des jours 🙂
Les sourires vrais qui chantent l’amour
Je quitte l’île du Roi, rempli de gratitude et nourri d’émotions belles, na som jita aux autres artistes en résidence, aux comédiennes de la Compagnie de théâtre, et aux poètes, Jenny Dahan dont la sensibilité à fleur de peau m’a énormément touché et Julien Markland l’obsessionnel et génial scientifique du mot, qui m’a fait rire rire rire 🙂 et accompagné aussi, à la guitare bossa nova.
À quoi sert la poésie ?
À rien et à tout.
Et c’est en cela même qu’elle est.
Nécessaire, urgente et vitale.
Pour moi.
Et tant d’autres aussi.
Sisyphes heureux.
J’ai mis ce matin, un point final à mon prochain recueil de textes. J’en reparlerai ici, bientôt, en partagerai le rêve et la sève.
And now direction Arles, pour une Expoésie et une lecture-rencontre à La Belle Étoile, Samedi 20 février, autour de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy).
Merci à Sophie Muret pour l’invitation.
Tout peut.
Tout.
Tout peut être.
Tout peut être annulé.
Sauf nous.
One Love !!!

Merci à Jacques Toubon

On est là… 🙂
 
Être lu ainsi, cela touche au cœur.
 
Merci à Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture et de la Francophonie, et défenseur des droits, entre autres fonctions occupées, pour ses mots à l’égard des miens lors de son discours pendant la remise d’un prix qui m’est précieux pour les valeurs qu’il porte, de solidarité et d’engagement.
 
Je souris à ma mère, et à sa leçon de littérature, leçon de vie : « jamais d’esthétique sans éthique. » J’essaye, maman, j’essaye. 🙂
 
De faire de mon mieux.
 
One Love !!!
 
 

Dans la Gazette des Comores…

On est là… 🙂
 
Dans la Gazette des Comores…
Avec Yazid on parle de mon rapport amoureux à l’Archipel des îles de la lune, des raisons artistiques de ce nouveau msafara à Moroni, des projets avec Sakara et de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy).
 
One Love !!!
 
 

My poetry is blue

Tenir
En équilibre
Instable
Sur le fil
De son existence
Labyrinthe
Suspendu
..
My life is blue
My poetry is blue
My music is blue
My hope is blue
My smile is blue
My tenderness is blue
And I dream in blue
So, am I a blue man (?)
Ritournelle indocéane
Parole indigo libre
Élégie bleue mélodie feu
Émotion folle sur la feuille
Les mots sont boussole
Et me guident
Depuis ma première voix
Où je vis, où je vais ?
Je l’avoue, ma foi
Seuls mes poèmes le savent
Les mots sont boussole
Et me guident
Jusqu’à ma dernière vie, ici
Où je récite le dernier vers
D’un quatrain de lumière
Qui me court en cœur et en corps
 
MAOB
 
One Love !!!
 
 

Cœurversation avec la montagne…

Cœurversation avec la montagne…
– Quel âge as-tu ?
– J’ai l’âge lyrique de Kundera
– Et qu’es-tu venu chercher ici ?
– Un peu de moi, beaucoup du tout
– Mais encore ?
– Un brin de paix, une ligne d’horizon à fixer un bouquet de mots à la main
– Et de la lumière ?
– Oui, de la lumière aussi, je suis toujours en quête de clartés
– Pourquoi ?
– Parce que je n’en aurai jamais assez, pour dissiper mes ténèbres et celles du monde
– Que puis-je t’offrir ?
– Rien d’autre, que ce que tu m’as déjà offert
– Quoi donc ?
– Le silence mirifique des derniers jours, et le rappel…
– Le rappel ?
– Oui le rappel, de ma condition, juste humaine
– Tu peux m’expliquer ?
– Oui, nous ne sommes que solitude, faite femme ou homme, femme et homme, toujours au pied d’une montagne à gravir
– Tes paroles sont celles d’un sage
-… Que je ne suis pas (rires)
– rires en écho
– Merci
– Merci, pourquoi ?
– La coeurversation
– Je t’en prie, merci à toi. Tu es sûr que je ne peux rien t’offrir ?
– Si, puisque tu insistes, je veux bien, un grand grand bol d’art, et une petite part de nuage pour Ange, Maëlle et Léa
– Qui sont Ange, Maëlle et Léa ?
– Mes enfants, mes plus beaux poèmes
MAOB
One Love !!!

Bien arrivé en Ariège

On est là… 🙂
Bien arrivé
En Ariège
Où, il neige
Des flocons
D’espérance
Dans mon cœur
Qui bat charade
..
L’enfant de Douala que je suis, s’émerveille toujours, devant la montagne majestueuse, surtout lorsqu’elle s’offre ainsi.
Toute de blanc vêtue.
Et il va sans dire que j’irai, clamer ces jours prochains un ou deux poèmes au sommet.
De mon âme à nu.
Ma résiDanse avec mes mots, commence merveilleusement, merci à Occitanie Livre, et à l’œil du Souffleur, pour la proposition à point nommée, et l’invitation chaleureuse.
Mer de nuages
Soleil hivernal
Chalet en bois, flottant
Dans le temps suspendu
La trompette de Miles
Ouvre la voie
Au chapitre premier
De mon roman prochain
Et le jazz m’embrase
Ma voix est là, inscrite
En mouvement, comme souvent
Dans l’étoffe du rêve
Sous mon pull, à gauche
MAOB
 
One Love !!!
 
 
 
 

Sur Plurielle

On est là …
Merci au site Plurielle, et à la librairie Livremoi, située à Casablanca, pour cette mise en lumière au Maroc de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (édition Calmann-Lévy)
 
L’avis de la libraire: « C’est un roman sur la migration, sur les raisons qui poussent les migrants à un moment donné à quitter leur pays pour rechercher une vie meilleure ailleurs. On y perçoit leur cheminement, leurs routes, leurs rencontres, les petits bonheurs, la mort aussi. Gros coup de cœur pour ce texte du fait de sa qualité littéraire, de son écriture extrêmement poétique, très émouvante et envoutante et qui sert très bien le récit. »
 
C’est une émotion belle de savoir que ce texte que je porte au coeur, voyage, voyage, voyage, même sans moi, et que son propos circule, circule, circule, jusqu’à d’autres, ici ou là, ici et là, au Nord, au Sud, à l’Ouest, à l’Est d’Eden qui …
 
One Love !!!
Pour lire l’article, cliquez ici
 

Dans Marianne

On est là… 🙂

En « fugue majeure », dans Marianne, cette semaine, sous la plume de Frederique Briard qui fait part belle à mes mots.D’orage, d’amour, de résistance et d’espérance.Merci pour cet article sur mon roman nouveau, « Les lumières d’Oujda », paru dans la rentrée littéraire, chez Calmann-Lévy. Et disponible, partout.

One Love !!!

#rentréelittéraire2020

#beauvoyageàoujda

#écrirejustejusteécrire

#OnTheMoonForLove