L’ami des livres

La nuit
Tous les chats sont gris
Certains hommes aussi.
D’autres quant à eux
Restent bleus
Bleus noir, noir feu.
Sous le regard
Complice
De l’ami.
Des livres.
Des mots.
Encore et toujours.
Des mots.
D’orage, d’amour et d’espérance.
MAOB
Merci à Christophe Isselee Guitariste, pour la photo qui dit… beaucoup.
One Love !!!

À l’Hôtel de Ville de Paris pour le MOCA

On est là… 🙂
 
À l’Hôtel de Ville de Paris ce matin pour le MOCA, dont le thème cette année est « Africa for future. »
Merci à Alain Bidjeck, à BLICK BASSY et à toute l’équipe d’organisation pour l’invitation au partage. Nous parlerons ensemble de ‘Nouveaux récits », de l’urgence et de la nécessité peut-être, de raconter autrement.
Rendez-vous à 10h30, pour une cœurversation qui s’annonce riche.
 
Et demain, toujours à Paris, on s’enjaille en livre et en live, au merveilleux festival « Les Mots Libres », les places sont à se procurer ici :
One Love !!!
 
 
 
 

En tournage avec Ange Alexandre

On est là… 🙂
 
Au nom
Du père
Du fils
Et du poète esprit
 
En tournage avec Ange Alexandre, pour « La belle harangue », magnifique projet porté par la Fondation pour l’écriture, dont je vous reparlerai bientôt.
 
« Haranguer, c’est prendre la parole, devant un public, avec un texte écrit, et regarder vers l’avenir. »
Oui, regarder vers l’avenir, c’est bien de cela qu’il s’agit… Magie du partage avec mon rappeur préféré 🙂
 
One Love !!!
 

Du Mont Cameroun Au Mont Ventoux

Du Mont Cameroun
Au Mont Ventoux
Il n’y a qu’un poème
 
Une langue de mystère
Qui passage éclair
Sur la terre
 
Un poème
Dans le cœur
Et quelques pas franchis
Avec allégresse et joie claire
Par celles et ceux qui savent
Qu’il faut par foi
Aller voir ailleurs
Si on y est
Pour se rendre compte
Qu’on y est, aussi
Juste humaine, juste humain
Sans fard aucun ni masque de pluie
 
Un poème
Dans le cœur
Tambour
Une chanson bohème
Offerte en partage
À celles et ceux qui savent
Ce qu’il faut de jour
En soi
Pour avancer
Vers l’Autre
Avec un bouquet
De mots à la main
 
 
Depuis mes quinze printemps, je porte un poème dans le cœur. Et les années qui filent étoiles, m’apprennent à prendre soin de mon âme, à aller chercher, à aller trouver, dans la nature, la paix et le silence d’art, que les Hommes se refusent. À eux-mêmes.
 
MAOB
 
Merci au frère ami Fred Ebami, pour le travail en cours, la connivence qui nous dure depuis le terrain (de foot) de l’enfance à Bonapriso 🙂 et la folie qui nous lie et nous fait livre ensemble, bientôt.
Et na som jita encore à Elena Ventura, à Thibault, et… au n’goni 🙂, pour l’accueil en résidence artistique, et la magie du lieu.
Chère Hélène, ta maison ouverte aux nomades troubadours ménestrels et saltimbanques, est un miracle.
One Love !!!
 

Suza, Jours et Nuits de la Poésie

Suza, à la saison des amours
Chantent oiseaux sans cages
Volent lucioles lucides
Et jour qui s’énonce
annonce
Salve bleue de clartés
 
Au pied d’un arbre musicien d’une autre ère
Parlent un fils et son père
De poésie source et horizon de lumière
 
L’amour tisse toile
De fond au poème
De la vie qui file étoile
Vers la mer
 
Aujourd’hui
Je suis à la fois
Fils et père
D’Alexandre
 
Une rivière
Coule sur mon visage
 
Et quelques sourires
Plus loin
 
Au bord d’elles et d’eux
 
Des femmes et des hommes
 
S’enlianent à leurs espérances sublimes
 
Résilience, rêvistance fondent
 
Leur rapport au monde
 
Things fall apart
 
Et alors?
 
Il nous restera toujours
 
Les mots pour nous (re)prendre
 
Au « Je » de la vie
 
Digne et debout
 
Ce « Je » qui se transforme par foi en Nous
 
Quand on apprend à écouter son cœur tambour
 
Et à lâcher prise et prose de toute son âme
 
Toujours
 
 
Suza, Jours et Nuits de la Poésie, avril 2021.
 
Tout.
 
Tout peut.
 
Tout peut être.
 
Tout peut être annulé.
 
Sauf nous.
 
MAOB
 
Na som jita à Hemley BoumAnne-sophie StefaniniDagenius Abdou Kamal-Dine,
 Yax LeaderArmand GauzBarz DiskiantFred EbamiAlbert Morisseau Leroy, Ange,
Fatima Salim Said Ali, aux formidables jeunes qui participent à nos masterclass d’écriture, et à la Fondation MAM pour ce temps de partages essentiels.
 
.. ici à Suza, on fabrique.
 
Nos utopies.
 
One Love !!!
 
 
 

Hisser La voile

Hisser
La voile
Tracer
La voie
Ouvrir
La voix
 
Du poème
 
Partir
En quête
De plénitude
Et liberté
Trouver
Silence blessé
Et humanité
À recoudre
Encore
Humanité
À recoudre
Toujours
 
 
Voguer
Sur le flot
Des mots
Depuis tant d’années
Parce qu’on s’est condamné
Soi-même
À errer
Solitaire solidaire
Sur cette terre
De joies claires et de larmes amères
 
La première fois que je me suis suicidé
 
J’avais vingt ans
 
La poésie m’a ressuscité
 
Depuis
 
Je renais jour et nuit
 
Dans les textes que j’écris
 
Je renais quand la vie
 
Se fait
 
Demoiselle d’honneur
 
De mon cœur
 
Tambour
 
Je renais quand la vie
 
Se fête
 
En chanson qui pleure
 
Ou rit aux éclats bonheur
 
D’amour
 
Tendresse qui sauve
 
 
Ciel bleu
Soleil haut
Vague océane
 
 
Écrire c’est (ap)prendre la mer
 
Accepter de tanguer
Chalouper chavirer
Accueillir la houle
Sur son visage humain
Perdu dans la foule
De ses pensées
Dériver
Dévirer
Dévier sa trajectoire
Sans jamais perdre son cap
Demeurer
Maître
De son destin
Capitaine
De son âme
 
 
MAOB
 
One Love !!!
 
 
 

Le Télégramme

On est là … 🙂
En conf’errance devant des élèves du Lycée de Kerneuzec, à Quimperlé dans le Finistère, pour parler encore et toujours à coeur ouvert de poésie, indiscipline qui me meut et m’émeut, me déporte et me porte à la rencontre du monde depuis plus de vingt ans. Continuer une mère veilleuse, transmettre, partager, allumer quelques étincelles dans les regards en face, c’est bien de cela qu’il s’agit.
Merci aux enseignantes de lettres et de français, et aux profs documentalistes qui ont préparé avec grand soin ce temps de livre ensemble, merci aux jeunes pour leur écoute et la pertinence de leurs questions, celle-ci par exemple « l’écriture peut-elle être refuge du monde? »….
Merci à l’association Rhizomes, qui m’accueille en résidence artistique à Douarnenez, et m’offre de vivre ces moments d’échange autour des mots.
Tout peut.
Tout.
Tout peut être annulé.
Sauf nous.
One Love !!!
Pour lire l’article sur le Télégramme.fr, cliquez ici

Ici Certaines rues Se jettent Spontanément Dans la mer

Ici
Certaines rues
Se jettent
Spontanément
Dans la mer
Comme certaines âmes
À l’eau
À la vie
À l’amour
À l’aube
À l’orée
De chemins sinueux qui cherchent et trouvent
LE chemin de l’ombre vers la clarté qui tremble
À l’aune de mon regard ébloui
Loin du tumulte et du vacarme du monde
Mes mots toujours, prennent ma main
Pour écrire
Horizon
Océan
Juste ciel
Azur aimant
Liberté
Et tout ce que la beauté murmure
Aux oreilles de mon cœur
Tambour
MAOB
One Love !!!

La Fondation MAM organise une masterclass d’écriture à Suza

On est là… 🙂
 
En belle compagnie de Beata, HemleyAnne-sophie et Rodney 
 
Du 22 au 26 Avril 2021, la Fondation MAM organise une masterclass d’écriture à Suza, au Cameroun. L’idée est d’offrir à des jeunes de 21 à 33 ans aspirant à écrire, des conseils, des techniques peut-être, un éclairage par l’échange sûrement, afin de permettre à certain(e)s de trouver et d’enrichir leurs voix/voies.
 
Si vous vivez au Cameroun, vous pouvez encore proposer votre candidature (lettre de motivation, trois pages d’un projet en cours ou d’un travail déjà publié, copie de CNI) à cette adresse :
masterclasssuza@gmail.com
 
Et j’aurais le bonheur de vous annoncer bientôt également, la liste des invités de la première édition de notre festival « Jours et Nuits de la Poésie à Douala » qui aura lieu du 23 au 30 avril.
 
Inventer demain, c’est bien de cela qu’il s’agit.
 
Tout peut.
Tout.
Tout peut être annulé.
Sauf nous.
 
Na som jita à tata Mareme, pour sa confiance et sa foi en l’art et en la culture, à Fred Ebami et à Sandrine Constant pour la com « fête » sur mesure.
 
One Love !!!
 

#écrirejustejusteécrire

#CamerounOMulema

Intranquille Je marche Dans la ville

Intranquille
Je marche
Dans la ville
En face de l’île
Du bout du monde
Je vrille
Je vrac
Je vaque
À mon occupation
D’enfant du siècle
À la dérive
Chercher la beauté
Partout
Elle se trouve
D’abord
En nous
Dans tous les poèmes
Tous les poèmes qui nous ont lus
Tous les poèmes tous les poèmes ayant élu
Domicile
En nos cœurs, tambours indociles
Intranquille
Je marche
Dans la vie
Sans savoir
Je vais
Partout
Mes mots me mènent
M’entrainent
À la poursuite
Du vent
De chimères
Et de rêves qui me fondent
Et me portent, me poussent
À arpenter mes vertiges
Et à marcher encore
Encore et toujours
Pour trouver
Le sens caché
Derrière les « phrases mal parties »
Qui m’écrivent au mitan de la nuit et du jour
MAOB
One Love !!!