Trois jours à la Foire du Livre de Bruxelles

On est là …

Na som jita au public rencontré pendant ces trois jours à la Foire du Livre de Bruxelles, merci aux ami(e)s qui ont fait le déplacement pour partager un moment, un café, un verre, le feu, la poésie qui me brûle, merci à Dominique Gillerot et toute la team de CEC ONG, à Rodney Saint-Éloi et à Mémoire d’encrier, à Aminata Diop et à l’équipe du Pavillon des Lettres d’Afrique / Caraibes & Pacifique et aux libraires qui m’ont accueilli en dédicace sur leurs stands.
Merci à Dany Laferriere pour les fous rires et à Felwine Sarr, pour la lumière
Et un special big up à Jean D’Amérique, je tourne tes pages frère, « Nul chemin dans la peau que saignante étreinte » est un livre BLEU. Mesi anpil, fils du soleil.
Merci à mon jeune rappeur de fils qui m’a accompagné ce weekend, Ange dont le flot et les mots iront bientôt à la rencontre du monde.
Enfin merci à Christine Jeanjean, pour la photo qui illustre bien, je crois, le sentiment de gratitude qui m’anime

IntranQuille à Bruxelles

Un samedi soir intranQuille à Bruxelles la belle, en pleine action d’insurrection amoureuse orchestrée par le poète James Noel. Merci à toutes et tous sur scène, Emmelie Prophète, Martine Fidèle, Dominique Gillerot, Geneviève, Makenzy Orcel, Rodney Saint-Éloi, Dorcy Rugamba, Dany Laferrière, James et Babx, pour le partage. Des poèmes et du feu…
Merci à Dominique et toute l’équipe de Cec Ong, pour l’invitation et le chaleureux accueil à la manif de rêve général « Ayiti La » !!!
Merci au public pour la belle écoute, et les échanges précieux à la fin de la soirée.
Et merci encore à Dany Laferrière, pour son élégance d’âme et le noeud pap « made in Mada » qu’il m’a offert, un brin taquin : « le dandy, c’est toi » 🙂 

One Love !!!

Au Collège de France …

Colloque « Penser et écrire l’Afrique »

Merci à Alain Mabanckou qui m’a invité à chanter les possibles en ce lieu, merci pour les portes que tu ouvres et le partage du sens …
Merci à Dany Laferriere qui m’a rebaptisé 🙂 et m’a offert une parole précieuse sur la beauté du geste, « la poésie est un geste, la tienne est un geste du coeur, un geste beau. » Merci Dany « Legba », je continuerai de porter haut mes mots. Et je refuse le grade de Colonel 🙂

Merci au grand professeur Souleymane Diagne, pour le bel échange et l’invitation à Columbia University.

Merci à Dieudonne Niangouna, le « boxeur de la situation », tu as tellement raison, « il faut écrire debout ».

Merci à toutes celles et tous ceux, « sur scène » et dans le public (venu en nombre) qui ont fait de la journée d’hier un moment d’histoire. Et de lumière.

Ici on partage, le manioc et l’igname des jours…

One love!!!

‪#‎LeChantDesPossibles‬
‪#‎UnHommeEtUnLivreEnLive‬
‪#‎TourDeFrancePoétique‬
‪#‎Afroptimisme‬

Collège de France4

Collège de France3

Collège de France2

Se poser et regarder dans le rétro :)

Décembre 2015, flashb(l)ack 🙂
Entre Paris et Port-au-Prince …
Retour en images sur trois temps forts de ma vie artistique, qui ont fait de cette fin d’année une fête sans nom, célébration de mots et couleurs de lumière : l’Académie Française et la cérémonie sous la Coupole, la Maison de l’Amérique Latine où j’ai eu le bonheur infini de partager en amitié et en famille (sur scène et dans le public) la fierté et la joie de mon Prix Verlaine, et enfin, HAITI chérie…

L’année 2016 arrive à grands pas, et elle sera poétique ou ne sera pas… 🙂

Belle fin d’année, à toutes et tous!!!

One love!!!

marc-alexandre-oho-bambe-decembre1

marc-alexandre-oho-bambe-decembre2

marc-alexandre-oho-bambe-decembre3

marc-alexandre-oho-bambe-decembre4

marc-alexandre-oho-bambe-decembre5

marc-alexandre-oho-bambe-decembre6

marc-alexandre-oho-bambe-decembre7

marc-alexandre-oho-bambe-decembre8

marc-alexandre-oho-bambe-decembre9

marc-alexandre-oho-bambe-decembre10

marc-alexandre-oho-bambe-decembre11

marc-alexandre-oho-bambe-decembre12

marc-alexandre-oho-bambe-decembre13

marc-alexandre-oho-bambe-decembre14

marc-alexandre-oho-bambe-decembre15

marc-alexandre-oho-bambe-decembre16

marc-alexandre-oho-bambe-decembre17

Ei i ya pour Dany

Tout bouge autour de Dany Laferrière, depuis hier.

L’écrivain japonais en pyjama, dont l’une des ambitions premières a toujours été d’être une bonne nouvelle pour son pays Ayiti, est entré à l’Académie Française.

Mais qui est Dany Laferrière ?

Un « animal tropical » résidant à Montréal.

Et un auteur génial.

Haïtien, québécois, citoyen du monde habitant sa propre langue, Dany Laferrière a passé Les années 80 dans sa vieille Ford et sur sa Remington 22, écrivant comme il vit. Comme il dit. Comme il lit.

Depuis « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » , l’enfant de Petit-Goâve poursuit sa dérive douce.

Vers l’éternité.

De Laferrière j’aime l’homme au regard enjoué et à la plume rieuse, le sens de la formule, et les titres, aussi savoureux les uns que les autres : « Le goût des jeunes filles » , « Cette grenade dans la main du jeune noir est-elle une arme ou un fruit ? », « L’énigme du retour » , « Eroshima », « Le charme des après-midi sans fin », « Le cri des oiseaux fous », « Vers le sud », « L’art presque perdu de ne rien faire », « Pays sans chapeau », « Je suis fatigué », « L’odeur du café » …

Immortel, il peut avoir sourire aux rêves.

Et nous aussi.

Tout bouge autour de nous.

En ces temps de crispation identitaires, des portes closes s’ouvrent.

Au divers. A la relation. Au monde.

Et c’est plutôt bon signe.

Ei i ya pour Dany !!!

 

Marc Alexandre Oho Bambe

Chronique sur Africultures