La Manufacture des rêves est ouverte …3

La Manufacture des rêves est ouverte…

« Défaite(s) nationale(s) », notre troisième podcast radioactif est ligne.

Belle traversée, à chacune, à chacun, à toutes et tous, et merci pour vos retours, qui nous portent.

Merci aux âmes amies, alliées substantielles, qui font de cette émission nouvelle, un songe éveillé ensemble, Soro Solo notre parrain, Binda Ngazolo, Gaelle Rauche, Anne Bocandé, Diofel, Kilidjam ATa Kel-yondo Eeni, Sabine Venaruzzo, Juliette Mouquet, Huguette Izobimpa, Gamil Dagenius Abdou Kamal-Dine, Selima, Étienne Mbappe.

Et Saidou, jeune homme de plein vent au cœur noble, dont les mots tissent mon édito.

Il est l’heure, de nous-mêmes.

Debout.

One Love !!!

Pour écouter le podcast cliquez ici  

#LaManufactureDesRêves
#OASSLLExperience

Relier les mondes

J’ai toujours cru à la symbolique des ponts, que l’on construit, pour relier les mondes, les êtres. Et j’aime jeter un pont, entre nous et tous les imaginaires du monde.

Le soleil se couche, doucement doucement, sur la ville. Et dans nos regards d’enfants, dansent.
Les couleurs changeantes du ciel.

Mon roman prochain, « Les lumières d’Oujda », aux éditions Editions Calmann-Lévy, en librairie le 19 août

On est là …

Heureux de vous présenter mon roman prochain, « Les lumières d’Oujda », aux Editions Calmann-Lévy, en librairie le 19 août.

Merci à Marie-Madeleine Rigopoulos, pour l’entretien mené tambour battant
Merci à Ibrahima, et à tous ces jeunes gens, « fugees » rencontrés sur le chemin, pour la leçon de vie partagée, ici et là, partout.
Où nous nous sommes trouvés.
Où nous nous sommes retrouvés aussi, à essayer ensemble parfois, d’inventer, d’interpeller demain.

Merci à Lisa Liautaud, ma formidable éditrice, à Philippe Robinetdirecteur de cette grande et belle maison à taille humaine, à Christelle, à Cécile, à Virginie, au service des auteurs, à Sandrine Constant mon agent, pour l’énergie et l’intelligence collective autour de ce texte que j’ai porté longtemps en moi, avant d’y (re)venir. Coeur, corps et âme.
Ce livre qui est, entre autres symboles, mon cahier d’un retour… à Bonapriso, sous le manguier. Et mon hommage vibrant, à Sita, grand-mère veilleuse.

Et je suis tellement d’accord avec Marie-Madeleine Rigopoulos, la couverture est sublime, merci à Olga Yaméogo pour son talent.

Bref je suis, on peut le dire déjà, « back dans les bacs » , et j’ai hâte donc, de vous revoir, sur les routes de France et du monde, pour en parler.

De vive voix.

Et sans masque…

One Love !!!

 

#RentréeLittéraire
#écrirejustejusteécrire
#BeauVoyageàOujda
#BackDansLesBacs

La Manufacture des rêves est ouverte …

La Manufacture des rêves est ouverte …

Enjaillez-vous, enjaillons-nous.
Merci à toutes celles et à tous ceux, faiseurs de pluie et de beauté, objecteurs de consciences (re)belles qui nourrissent d’intelligence et de coeur ce podcast radioactif.

En compagnie de notre parrain Soro Solo et de notre équipage lunaire, soutenus par les voix vives et vibrantes invitées à notre table d’humanités, de Gasandji, Caroline Bentz, Marijosé Alie, Gaelle Rauche, Anne Bocandé, Rodney Saint-Éloi, James Noel, Sam Nelle et Jean Yves (OAN), Abdourahman Waberi, Binda Ngazolo, Edgar Sekloka Unpeude Sucre, Dagenius Abdou Kamal-Dine, nous nous enjaillons, et nous réfléchissons aussi, chantons, déclamons, agissons en pensant avec le monde, pour le panser, ensemble.

Beau voyage.

On The Moon again.

One Love !!!

Pour écouter le podcast cliquez ici  

#LaManufactureDesRêves
#OASSLLExperience

La poésie Comme une prière À l’aube

La poésie
Comme une prière
À l’aube

Un salut
Au soleil
De l’âme

Un vœu
De feu sur une feuille
Au vent

Un SOS
Une bouteille
À l’amour

Un geste
Du cœur qui bat
Chamade, rêve et révolte

Un chemin
De croix
Et de foi

Une voie
Qui ouvre en soi
La voix

Inaliénable
Ingouvernable
De l’enfant

Qui court sur la mer
Et parle aux étoiles
Les soirs de pleine lune

MAOB

One Love !!!

Merci encore et toujours à l’ami frère Ken Wongyoukhong, pour son regard sur notre art.
De vivre. Et le salam à my man Christophe « Easy Lee », le frangin fringant à mes côtés sur la photo, prise au Festival de Musique Sacrée de Fès… Sur La Lune.


#écrirejustejusteécrire
#LifeisAPoetrip
#TourDuMondePoétique
#OASSLLExperience

La même voix Pour un monde plus juste

Graver
Dans le marbre
Du temps
Et les cœurs atrophiés
Ces mots
En noir et blanc
Les voir
Enfin
Traduits
En consciences
Et en actes
Politiques
C’est le combat
De tant de générations
Déjà
Qu’on a parfois l’impression
D’une longue marche
Sans fin
Et pourtant
On marche
On marche
On marche encore
Vers le carrefour des cultures
Et vers nous-m’aime
On marche à l’ombre
De la haine
Envers et avec toutes et tous
Vers la lumière
Et vers tout ce qui pourrait nous sauver
Nous relever et nous élever
Vers nous-mêmes
Debout
Portant la même faim
Et la même soif
La même voix
Pour un monde plus juste
Ou tout au moins
Moins injuste
Ma vie compte
Ta vie compte
Nos vies comptent
Humains, humaines
Nous sommes
Et cela devrait suffire, non ?
L’histoire est en retard
Alors en attendant que cela suffise
D’être humaine, humain juste
Il faudra marteler encore et encore
Au yeux des aveugles
Et aux oreilles sourdes
À nos colères et à nos révoltes légitimes
Que nous n’avons pas le temps des polémiques
Et des « je » d’ego et de sémantique
Nous sommes de toutes les couleurs
Et nous nous proclamons en chœur
Humaines, humains
Enfants solaires solidaires
De tous les damnés de la terre
Poing
Levé
Et main tendue
« Le combat continue »

MAOB
One Love !!!

#écrirejustejusteécrire
#BlackLivesMatter
#WeCan’tBreathe

Réapprendre à vivre

On est là…

Il y a quelques lunes déjà, que je tourne ici et là, sur toutes les routes du monde, des images pour mon premier film, « Réapprendre à vivre »…
Des Comores au Congo, en passant par le Brésil, le Liban, et tant d’autres pays que je garde au cœur, ma caméra tente de dire et saisir la beauté insaisissable du voyage, des paysages, et des rencontres sur le chemin de poèmes que je tresse, depuis plus de vingt ans.
Parce que la vie a toujours plus d’imagination que nous, le long-métrage que j’avais en tête est devenu fragments.
Offert en partage ici, le premier épisode d’une traversée, intime et universelle à la fois, ensemble.

Merci à l’ami frère Alain Larribet, dont la musique réveille. Les aurores boréales.

En nous.

Beau regard, et belle écoute.

One Love !!!

#LifeisAPoetrip
#TourDeFrancePoétique
#RéaporendreÀVivre
#Fragments

Grandir dans la tendresse des jours

Regarder
Ses enfants
Grandir dans la tendresse des jours

Et se dire
Qu’on espère
Très fort
Et très tendre
Qu’on aura fait
Sa part
Pour leur éviter
Nos bleus
À l’âme
Nos peurs
Anciennes
Et nos colères
Noires

Se dire
Qu’on espère
Très fort
Et très tendre
Qu’on aura fait
Sa part
Pour leur offrir
Un avenir
Dans lequel
Leur couleur
Ne sera pas
Réduite à peau
De chagrin

Regarder
Cet enfant touché par la grâce
Chanter « I just want to live, God protects me »

Fondre
Devant
Tant d’humanité
Offerte
Sans fard
Ni masque
Et au fond
Me redire que Dieu
S’il existe
N’a jamais eu aucun pouvoir
Sur la violence
Des hommes qui trop souvent
Préfèrent la mort à l’amour

MAOB

One Love !!!

#Icannotbreathe

I can’t breathe

Rien, non rien
Ne semble changer
Rien de rien
Fabe avait raison
Rien ne change
À part les saisons

Et

Les mêmes toujours en danger

Chantent

Les mêmes funèbres oraisons

I can’t breathe, I can’t breathe

No more

Encore

Un corps

Noir

À terre

George hurle

I can’t breathe

Supplie

Mama, America, I can’t breathe

George pleure

Avant de mourir

Étouffé

Par la violence systématique

De la police qui tue dans la rue

En plein jour et à visage découvert

Sans gêne et sans crainte particulière

D’être inquiétée

I can’t breathe

Mains dans les poches
Le flic sourit
Il est filmé
Mais ce n’est pas du cinéma
On n’est pas à Hollywood
Mais dans la hood, la vraie vie
Et donc, dans la vraie mort
Du corps noir menotté
À l’histoire d’une nation
Qui ne vend plus
De rêve à personne
Et n’a jamais offert de trêve
Aux corps noirs
Fruits étranges
Pendus aux arbres hier
Écrasés au sol aujourd’hui
Ou criblés de balles qui ne portent pas
D’autre message que la haine d’un pays
Pour une partie de ses enfants

George est mort
Comme tant d’autres corps
Noirs aussi
Avant lui
Asphyxiés
Exécutés
Pour ainsi dire
Sur la place publique
De l’AméRISQUE
Pour les corps noirs
Coeurs de cibles
De certains cops blancs
L’Amérique est great again
À ce qu’il paraît
Tant mieux pour elle
Tant pis pour celles
Et ceux, en bas de l’échelle
Qui vivent tranquillement
Leur American nightmare
Calvaire qui dure
Pour la communauté Afro-Américaine
Depuis des siècles et des siècles
Et des siècles de larmes, de sang versé

I can’t breathe
I can’t breathe

Georgia, Georgia on my mind

I can’t breathe
I can’t breathe

Mississippi is burning

I can’t breathe
I can’t breathe

Michael Brown

I can’t…

Keith Lamont Scott

I can’t…

Eric Gardner

I can’t…

Breonna Taylor

I can’t…

Ahmaud Arbery

I can’t …

Black lives matters

I can’t

Michael, Keith, Eric, Breonna, Ahmaud,

Pour ne citer que quelques noms et sourires

Exhumés

Des oubliettes de l’histoire de l’AméRISQUE

Pour les corps

Noirs

I am not your negro

And I have… un cauchemar

I can’t breathe

I can’t breathe

Mama, I can’t,

No, I can’t

Breathe

No more

Le vent se lève pourtant

Il nous faut continuer

La longue marche

Vers la liberté

Vers la dignité

Pour chacune, pour chacun

Avec toutes

Avec tous

Femmes et hommes

Sœurs et frères

De la même couleur

D’âme rebelle

À toutes les injustices et toutes les discriminations

Qui nous assignent, nous assassinent

Partout sur la terre

Dans le silence et l’indifférence

Du monde

Parfois

La prochaine fois

Le feu

MAOB

One Love !!!