Masterclass à Douala

On est là… 🙂
Embarqué dans cette belle aventure d’écriture, de livre-ensemble, de littérature et de poésie chargées de futur, aux côtés de Hemley Boum, Beata Mairesse, Anne-sophie Stefanini et Rodney Saint-Éloi sous l’égide de la Fondation MAM à Douala.
Vous êtes jeune auteur(e) vivant au Cameroun, portez un manuscrit en vous, avez un travail d’écriture en cours, cet appel à candidatures est pour vous.
Les inscriptions aux masterclass que nous offrirons en avril à Suza, notre fabrique d’utopies, sont ouvertes…
One Love !!!

Dans la sélection du Prix Coiffard 2021

On est là… 🙂
Heureux et honoré d’être dans la jolie sélection du Prix Coiffard 2021, pour mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), disponible chez tous les libraires.
One Love !!!

Expoésie à la Belle Étoile à Arles

Pourquoi on part ?
 
Parce qu’on a décidé
De prendre notre « aucune chance »
 
Parce qu’on a choisi
De courir le risque de vivre
 
Parce qu’on sait que la vie
N’attend pas, n’attend personne au tournant
 
Pourquoi on part ?
 
Parce qu’on se sent
Enfant du monde et qu’on a des rêves trop grands
 
Parce que la géopolitique sans poésie des puissants ne pourra jamais nous empêcher de rêver et de nous élever vers nos rêves trop grands nos rêves de liberté de dignité pour toutes pour tous
 
Pourquoi on part ?
 
Parce qu’on a
Le sens de la syncope et de la fugue
 
Parce qu’on est
Né pour franchir toutes les lignes, élargir
l’horizon
 
Parce qu’on aime
La vie, encore elle, toujours elle, la vie qui bout dans les veines et bat dans le cœur sous la veste à gauche
 
 
MAOB
 
Émotion forte, cette photo prise par mon ami frère Pierre Journoud devant l’incroyable tableau de la grande sœur Olga Yaméogo, tableau qui sublime la couverture de mon roman « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), dont j’ai partagé quelques extraits en résonance plus haut, et hier aussi, lors de notre Expoésie à la Belle Étoile, chez Sophie Muret à Arles… Sur La Lune.
 
C’était beau, c’était bleu.
 
Na som jita pour le partage, de la poésie qui peut être par foi, d’un mot une main tendue.
 
À l’autre, soi-même
 
 
One Love !!!
 
 
 

Bien arrivé à Arles… Sur La Lune

On est là… 🙂
 
Bien arrivé à Arles… Sur La Lune.
Ami(e)s de la région, nous vous attendons à partir de 14h30 à la Belle Étoile, galerie d’art située au 7 rue des Pénitents Bleus.
Au programme : Expoésie et rencontre autour des œuvres de Sophie Muret, Mathias Tossa et Olga Yaméogo …
 
Et je lirai et dirai aussi, des extraits de mon roman nouveau Les lumières d’Oujda (éditions Calmann-Lévy)
 
One Love !!!
 



 
 
 
 

Fin de résidence Faim du monde

Fin de résidence
Faim du monde
Encore
Faim du monde
Toujours
La Maison de la Poésie en Normandie, est d’abord une Maison, ouverte, accueillante et chaleureuse, tiers-espace et haut-lieu de relation. Et d’actions, de gestes.
D’art et d’âmes.
Merci à Patrick son directeur, qui a habillé mes mots de quelques notes de guitare jazz hier soir, à Jérôme Revel pour l’animation ensemble d’un match de foot 🙂 pardon d’un mirifique atelier d’écriture mercredi, à Charlène Damour pour le compagnonnage joyeux dans les classes de collège qui m’ont accueilli ces dernières semaines, et à toute l’équipe, vraiment, pour la bienveillance de chaque instant. Écrire dans ces conditions est un cadeau, et définitivement les lieux ressemblent aux êtres qui les portent.
Ici, on partage
L’ivresse et la tendresse des poèmes
Le Neufchâtel des jours 🙂
Les sourires vrais qui chantent l’amour
Je quitte l’île du Roi, rempli de gratitude et nourri d’émotions belles, na som jita aux autres artistes en résidence, aux comédiennes de la Compagnie de théâtre, et aux poètes, Jenny Dahan dont la sensibilité à fleur de peau m’a énormément touché et Julien Markland l’obsessionnel et génial scientifique du mot, qui m’a fait rire rire rire 🙂 et accompagné aussi, à la guitare bossa nova.
À quoi sert la poésie ?
À rien et à tout.
Et c’est en cela même qu’elle est.
Nécessaire, urgente et vitale.
Pour moi.
Et tant d’autres aussi.
Sisyphes heureux.
J’ai mis ce matin, un point final à mon prochain recueil de textes. J’en reparlerai ici, bientôt, en partagerai le rêve et la sève.
And now direction Arles, pour une Expoésie et une lecture-rencontre à La Belle Étoile, Samedi 20 février, autour de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy).
Merci à Sophie Muret pour l’invitation.
Tout peut.
Tout.
Tout peut être.
Tout peut être annulé.
Sauf nous.
One Love !!!

Au Collège Simone Veil de Bourg-Achard en Normandie

On est là… 🙂
Na som jita à Hélène Thérin-Darasco, enseignante de français au Collège Simone Veil de Bourg-Achard en Normandie, pour l’invitation et l’accueil, et pour ses mots qui disent et redisent le sens, l’importance de la place, essentielle, de la poésie vibrante et des auteur(e)s vivant(e)s 🙂 des poètes, des artistes en milieu scolaire.
Ouvrir des horizons, c’est bien de cela qu’il s’agit. Magie. Des instants. Suspendus.
Sur le fil.
Du poème.
Merci aux élèves pour leurs mots « chargés de futur », les tapis de silence offerts, les sourires cerfs-volants et les rires aux éclats de vivre.
Et merci à Charlène Damour et à la FACTORIE, Maison de la Poésie en Normandie, pour l’organisation de ces rencontres en collèges.
One Love !!!

Merci à Jacques Toubon

On est là… 🙂
 
Être lu ainsi, cela touche au cœur.
 
Merci à Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture et de la Francophonie, et défenseur des droits, entre autres fonctions occupées, pour ses mots à l’égard des miens lors de son discours pendant la remise d’un prix qui m’est précieux pour les valeurs qu’il porte, de solidarité et d’engagement.
 
Je souris à ma mère, et à sa leçon de littérature, leçon de vie : « jamais d’esthétique sans éthique. » J’essaye, maman, j’essaye. 🙂
 
De faire de mon mieux.
 
One Love !!!
 
 

En chair et en mots, musique et images…

On est là.. 🙂
 
En chair et en mots, musique et images…
 
« Traversé(e)s » est le titre de l’adaptation pour la scène de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), et aussi du film que je réalise, documentaire-fiction, dont je vous partage ici un extrait tourné aux Comores, à Ngazidja, sur une des dernières plages après la fin du monde…
Marahaba mindji à Rabies pour son écoute et ses notes bleues, et à Amal Attoumani mon complice de tournage.
 
One Love !!!