La Manufacture des Rêves est ouverte… Sur la route 2 …

La Manufacture des Rêves est ouverte … enjoy (y)our poetrip !

Merci encore à nos invité(e)s, Barz Diskiant, Lisette Lombe, Ken Wongyoukhong, Suzanne Rault-Ballet Toninho Almeida, à la dream team lunaire, le parrain Coulibaly Souleymane dit Soro Solo, Anne Bocandé, Fred Ebami, Albert Morisseau Leroy, aux étudiants de l’Université de Lille inscrits au cycle de poésie du Collectif On A Slamé Sur La Lune, à Ute Sperrfechter, à la Condition publique et au Labo 148, à Flora, Julien, aux éditions La Marge et à la Collection L’Iconopop. https://smartlink.ausha.co/la-manufacture…/sur-la-route-2One Love !!!#OASSLExperience#LaManufactureDesRêves

Sur La Lune à La Condition Publique

On est là… 🙂
 
Sur La Lune en merveilleuse compagnie, de Soro Solo aîné bienveillant et parrain généreux de La Manufacture des Rêves notre émission radioactive, et de nos invité(e)s: my irmao Toninho Almeida qui nous emmène au Brésil, l’ami frère Ken Wongyoukhong
photographe capteur d’âmes, Barz Diskiant éditeur romantique qui nous présente avec les poétesses de feu Lisette Lombe et Suzanne Rault-Ballet la collection de poésie vive et vibrante L’Iconopop.
 
Merci à la Condition publique et au Labo 148, Ute Sperrfechter, Anne Bocandé, Julien, Flora, et les éditions La Marge, pour cette émission enregistrée en live dans le cadre de la magnifique exposition « Nouvelles Cartographies », merci à Gwenaelle Bel de la Libraire La Forge, partenaire de notre manif de rêve général.
 
Merci à Manon Kaufmann et à Marine Durand, pour leur présence chaleureuse et leur aide à l’accueil et à la vente des livres.
 
Merci aux étudiants des classes de déclamation du Collectif On A Slamé Sur La Lune, l’université de Lille a de la chance de vous compter dans ses rangs, et Manalone et moi sommes si fiers et honorés d’être vos professeurs. D’espérance, surtout.
 
Merci à Laetitia pour les photos, et à Nico Lewandowski et Max Ch’Mit pour le kif musical, souvenir du futur. Hâte de remonter sur scène ensemble 🙂
 
Et enfin, merci au public venu assister à notre fête des mots, célébration de la vie, encore elle, toujours elle, la vie ! What else?
 
C’était au Beau Repaire, à Roubaix, et c’était beau et juste, juste beau.
 
Albert Morisseau Leroy, Fred Ebami et moi vous donnons rendez-vous DIMANCHE 22 NOVEMBRE à 11h22…CHEZ VOUS 🙂 donc ici même, pour découvrir un programme radiophonique, j’aurai pu dire podcast aussi 🙂, joyeux et vivifiant pour le cœur et l’esprit.
 
Qu’on se le dise et se le redise, La Manufacture des Rêves est ouverte…
 
One Love !!!
 

Enregistrement à l’Institut du Monde Arabe

On est là… 🙂
 
En concert volant ou presque 🙂, à l’institut du Monde Arabe, en belle compagnie de
Senny Camara (chant et Kora magique) et de Calvin Yug (chant, guitare, percus et machines du futur).
Bonheur d’avoir été invité à offrir mon livre en live, dans le cadre de la programmation exceptionnelle de « La Nuit de la Poésie » à l’IMA, organisée en partenariat avec la Maison de la Poésie et le festival « Paris en toutes lettres. »
Notre traversée enregistrée hier soir, adaptation pour la scène de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), sera diffusée le 12 décembre 2020.
Merci à la direction et aux équipes techniques de ce lieu magnifique, pour l’accueil chaleureux et le partage. Des poèmes et du feu.
Pour toutes les infos :
 
Et aujourd’hui, à 18h, je serai l’invité « Passager du Livre », de L’Estive, et vous pouvez si vous le souhaitez, assister à la rencontre ici :
 
One Love !!!
 
 


 

Journal d’un confinement en pyjama

Dimanche 15 Novembre
 
Journal d’un confinement en pyjama
 
Dehors le monde est gris
 
Dedans, il fait poésie.
 
Le café fume
 
Et le temps file,
 
Lentement, lentement, lentement.
 
Au tempo de nos cœurs en émoi.
 
Et moi, collé à la vitre de la réalité je me demande comment, comment faire de ce temps arrêté un temps augmenté, comment, comment rester en phase et en phrase avec la beauté, pendant la catastrophe.
 
«Ça va ? pas trop dur en ce moment ?»
 
La question de la semaine est signée François Hollande, elle fait sourire ironique à raison et pourtant, elle résonne aussi, fort, en ces temps troubles et troublés. J’ai envie de répondre, labess, on est là, hamdouli… non p’t’être pas, pas en ce moment, où il y a trop de gens à cran trop de cris trop de crises trop de crispations identitaires trop de cœurs qui crissent et cassent trop d’innocents qui casquent trop de crimes contre la femme et l’homme l’humanité dit-on, à la dérive d’elle-même. L’époque est opaque, incertaine à l’extrême, et il faut aller avec cet état défait, il faut aller, vers la victoire espérée après la défaite de l’intelligence et du sens commun, il faut aller sans retour à l’anormal, aller autant que faire se peut, je vous l’accorde l’expression est désuète mais je la trouve on ne peut plus juste, aller c’est bien de cela qu’il s’agit, aller moins mal, aller mieux, allez ma vieille allez mon vieux, si tu me permets de ne pas te vouvoyer, je te propose d’aller par monts et par mots, zélés, ailés, qui ont rythmé cette semaine, qui a commencé pour moi par un Lundi méchant.
Gaël Faye est back dans les bacs, avec un album invitation accrochez-vous, à « Chalouper » chalouper et à « Jump in the line », à faire « Boomer » les boomers à se souvenir de nous « Kwibuka », à vivre une « Histoire d’amour » et aussi à résister, exister, de « NYC » à « Zanzibar » ne pas céder aux assassins d’aube qui finiront « Seuls et vaincus » si nous consentons enfin à croire assez fort, et assez tendre en nous.
Vous souvenez-vous de la question de la semaine ?
«Ça va ? pas trop dur en ce moment ?»
Ça va, « C’est cool », last night a poet saved my life, je « Respire » le « Kerozen » des rêves d’un artiste grand par la taille et par le talent, un artiste qui va libre, vibre, et devient ce qu’il est, voleur de feu, allumeur de flammes et de boucans d’espérances, un artiste luciole lucide, dont la musique accrocheuse est accoucheuse d’horizon et de « Lueurs » dans la nuit du monde.
Bon vent à l’ami, au frère « juché sur les épaules de géants », qui poursuit son chemin de poèmes avec acuité, intégrité et générosité envers l’avenir, nous rappelant que la seule issue est de nous élever, oui définitivement, « Only way is up ».
Après l’album de Faya, j’ai été foudroyé par «Une douleur blanche », le nouveau roman de Jean-Luc Marty, ami écrivain voyageur, qui nous livre un texte mirifique, d’une délicatesse infinie, nous offrant « la possibilité d’écarter le temps, d’y tailler des brèches déraisonnables », un texte qui nous emmène « vers la fin des mots, par inutilité » et le recommencement, de la vie, avant toute chose.
L’écriture de Jean-Luc Marty est bouleversante et bouleversée, éloge de l’autre, l’être que l’on aime, comme un fils, comme une mère, comme un homme, comme une femme, solitude que l’on accorde à la sienne propre, à la lumière ou à l’ombre de ces amours qui vous fondent, vous font et vous défont, pour mieux vous fondre en vous, plus grande, plus grand, plus belle, plus beau dans le regard en face, posé sur votre âme à nu.
Je le sais parce que je le suis depuis longtemps,
Jean-Luc écrit avec le cœur, portuaire ! Chacune de ses phrases en étincelle, nous arrête et nous continue, en nous-mêmes émus, éblouis.
Si écrire à mon sens c’est prendre la mer, lire c’est autre chose encore, lire c’est apprendre, à prendre le large, à la nage, à la page, à la plage. Prendre le large, dans la voix, la langue habitée d’un être écrivant, qui vous convie à bord d’un bateau ivre, navire qui chavire ou peut chavirer l’âme et donner des ailes à l’esprit voyageur à la recherche du sens, perdu. J’ai pris le large avec ce texte dont je ne reviendrai pas, assurément. Et comme « dans mon pays, on remercie », alors merci
Jean-Luc de Kéroman
, Monsieur Marty, pour la beauté en partage … pendant la catastrophe.
Je réalise que je viens de vous offrir une chronique non essentielle, en vous parlant d’un disque et d’un livre.
Silence cathédrale ou synagogue ou mosquée ou temple, ou tiens librairie, oui silence librairie, c’est mieux, pour un disque et un livre, la littérature et la musique étant non essentielles, selon le gouvernement en marche dans le vide. Silence librairies, oui car elles sont fermées, non essentielles elles aussi, peut-être une idée nouvelle de l’exception culturelle Française, je ne sais pas.
En attendant c’est la culture, et deux artistes, qui ont enflammé de leur essence, cette première chronique, journal d’un confinement en pyjama.
 
Dehors le monde est gris
 
Dedans, il fait poésie.
 
Le café fume
 
Et le temps file,
 
Lentement, lentement, lentement.
 
Au tempo de nos cœurs en émoi.
 
Et vous, «ça va ? pas trop dur en ce moment ?»
 
 
MAOB
 
One Love !!!
 
p.s : texte audio en écoute aussi, juste en cliquant sur le lien you tube ci-dessous.

Rencontre littéraire avec l’Institut Français du Congo en live

On est là… 🙂
Invité par l’institut Français du Congo à parler de mon roman nouveau « Les lumières d’Oujda » (éditions Calmann-Lévy), de littérature et de poésie. L’échange sera mené cœur tambour battant par Cassiopeia Anouk N’sonde.
Vous pouvez suivre la rencontre en live sur la page Facebook en lien, si vous le souhaitez, aujourd’hui à partir de 15h.
One Love !!!

Journal d’un confinement en pyjama…

Au départ un clin d’œil amusé à l’immortel admiré, puis de fil en aiguille, une idée fantaisiste, et enfin, adossé au sens des jours, un projet média-poético-littéraire qui naît :
« Journal d’un confinement en pyjama… »
Rendez-vous à partir de vendredi 13 novembre, ici même, pour ma revue de presse de la semaine… en pyjama 🙂
One Love !!!

Sur La Lune le 24 octobre à la Condition Publique

On est là… 🙂
Sur La Lune SAMEDI 24 OCTOBRE à la Condition Publique, à Roubaix…
Cartographies subjectives | Nouvelles cartographies – Labo 148
+ Médias & représentations | Nouvelles cartographies – Labo 148
▶ Une journée toute en poésie
Venez partager, en famille ou entre amis un moment de poésie, en présence des membres des éditions La Marge, du Collectif On A Slamé Sur La Lune et de la dream team du Labo 148.
▶ Programme
14:00 > 16:00 – Ateliers : photo à l’Afghan box, création sonore, collage, gravure, fabrication de la revue de poésie La Velociraptora Histrionica avec l’équipe des éditions La Marge
17:00 > 18:15 – Emission de radio live « La Manufacture des rêves »
La Manufacture des rêves est une utopie radioactive du Collectif On A Slamé Sur La Lune, présentée en live par Manalone, Capitaine Alexandre et leurs invité(e)s, chroniqueurs et artistes d’ici et d’ailleurs, sous le regard enjaillé de Coulibaly Souleymane
dit Soro Solo dit Vié-Père 🙂, parrain de l’émission.
La Collection de poésie L’iconopop et la revue Intranqu’îllités fondée par James Noel
et Pascale Monnin seront mises à l’honneur, et des textes offerts en partage, pendant l’émission et dans le temps de poèmes prévu ensuite, scène ouverte de slam poésie et musique.
On the moon.
Anne Bocandé nous emmènera en voyage littéraire. Et nous aurons le bonheur aussi, d’échanger avec l’ami frère Ken Wongyoukhong photographe des âmes et de découvrir le nouvel album du hermano Toninho Almeida, qui nous fera le cadeau à valeur inestimable de plusieurs titres en live.
18:30 > 19:45 – Temps de poèmes, avec les auteur(e)s de L’iconopop Lisette Lombe
et Suzanne Rault-Baret, Flora et Simon de La Marge, les étudiant(e)s de l’Université de Lille inscrit(e)s en classes de déclamation du Collectif OASSLL, et lecture d’extraits du roman de Marc Alexandre Oho Bambe “Les Lumières d’Oujda” paru aux éditions Calmann-Levy.
Merci à Ute Sperrfechter, Barbara Lerbut et aux équipes du Labo 148, en particulier à Julien, qui nous accueillent pour un moment précieux.
D’humanités, enlianées.
One Love !!!
P. S: pour les ami(e)s qui venaient pour mon set dj, j’ai envie de vous dire « Party » remise, et on s’enjaillera quand même, de mots, de musique et de poésie vibrantes 🙂
⬇️ INFORMATIONS PRATIQUES ⬇️
sam 24.10 | 14:00 – 20:00
Gratuit/Entrée libre
📍LA CONDITION PUBLIQUE📍
Contact / Réservation :
+33 (0)328334833
billetterie@laconditionpublique.com

A la librairie La Forge, Marcq-en-Baroeul

On est là… 🙂
Merci à Gwenaelle Bel et à toute l’équipe de la magnifique librairie La Forge à Marcq, pour l’invitation chaleureuse et l’accueil en ces temps crispés.
Merci aux amis de quinze ans et au public présents, et à Anne Bocandé, qui a assuré son rôle de modératrice avec brio.
Merci aux lectrices, aux lecteurs, et aux libraires, qui portent mon roman nouveau au cœur et me le témoignent depuis sa parution en août, je suis ému et honoré, de nos partages.
Je jouerai de mon livre, « Les lumières d’Oujda »(éditions Calmann-Lévy) et en lirai quelques extraits, ce Samedi 24 octobre à la Condition Publique, à Roubaix, en merveilleuse compagnie de poétesses et poètes invité(e)s du Collectif On A Slamé Sur La Lune.
Ami(e)s de la métropole Lilloise, rendez-vous à 17h à la CP, pour traverser. Ensemble !!!
One Love !!!
P. S: merci à Nicolas et à Franck Bourillon, pour les photos.

Rendez-vous à La Forge à Marcq ce 23 octobre

On est là …

Ami(e)s de la métropole Lilloise, nous avons donne rendez-vous à La Forge, magnifique librairie située à Marcq, ce VENDREDI 23 OCTOBRE à 18h30, pour une rencontre autour de mon roman nouveau, « Les lumières d’Oujda », paru chez Calmann-Lévy.

Je jouerai de mon livre, il faut le voir pour le croire 🙂, en lirai quelques extraits, et surtout nous parlerons, de littérature et de poésie, d’encre qui coule fleuve, d’errances et d’exils, de (jeunes) réfugiés aussi, sous le feu tragique de l’actualité. Heureux de cette rencontre, « à la maison », il est finalement assez rare, depuis quelques années, en dehors de la FNAC qui me soutient depuis mes premières publications, que je sois invité à partager mon travail d’artisan à Lille qui est pourtant ma ville d’adoption, Lille où j’ai posé mes valises de poèmes il y a plus de vingt ans.

Merci à Gwen et à son équipe, d’organiser ces « retrouvailles », at home, on the moon.

p.s : il faut s’inscrire sur FB ou en téléphonant au libraire pour réserver sa ou ses places. One Love !!!

#rentréelittéraire2020

#beauvoyageàoujda

#écrirejustejusteécrire

#LifeisAPoetrip

#OnTheMoonForLove

La Manufacture des rêves est (toujours) ouverte

On est là… 🙂

La Manufacture des rêves est (toujours) ouverte… Peut-être même plus que jamais.

Et nous diffuserons ce Mercredi 21 octobre à 21h21, l’émission radioactive du Collectif On A Slamé Sur La Lune, enregistrée en live cet été à la Maison André Breton, à Saint-Cirq-Lapopie rebaptisée Saint-Cirq-Lapoésie.

Bonheur et honneur, d’avoir pu nous asseoir à la table des surréalistes.

Merci aux amis de la Rose Impossible qui ont permis ce moment Improbable, « Sur la route » des citoyens du monde…

Merci aux artistes invité(e)s on the moon, Urbain Rinaldo, Dayana Matevosova, Aurélia Lassaque, Araucaria Trio, Muriel, Laurent Doucet, Alain Prillard.

Merci au public présent.

Fred Ebami, Albert Morisseau Leroy et moi, vous donnons rendez-vous avec joie demain, ici.

Donc chez vous.

Pour couvrir ensemble, le couvre-feu.

Du feu de la poésie, qui couve et court.

En nous.

One Love !!!

#LaManufactureDesRêvesEstOuverte

#SurLaRouteDesCitoyensDuMonde

#OASSLLExperience