Journal d’un confinement en pyjama 29 novembre

Dimanche 29 Novembre
Journal d’un confinement en pyjama
Dehors le monde est gris
Dedans il fait poésie
Le café fume
Et le temps file
Lentement, lentement, lentement
Au tempo de mon cœur en émoi
 
Et moi, collé à la vitre de la réalité je me demande comment, comment faire de ce temps arrêté un temps augmenté, comment, comment rester en phase et en phrase avec la beauté, même pendant la catastrophe.
 
Une âme amie m’a demandé cette semaine, pourquoi tenir un journal, et je lui ai répondu « pour rester attentif ; à quoi ? au monde, à soi, à la vie qui suit son cours … », la réponse n’est pas de moi, mais de René Depestre, poète, donc professeur d’espérance, Depestre qui fait paraître chez Actes Sud ce mois-ci, son « Cahier d’un art de vivre », promenade poétique et philosophique dans ses années à Cuba entre 1964 et 1978, page d’histoire révolutionnaire aussi où l’on croise Fidel Castro, Che Guevara, Mao Tsé-Toung et Hô Chi Minh, entre autres, mais revenons à ma revue de presse de la semaine, le confinement n’arrête pas la vie qui suit son cours en effet comme dit le poète admiré, la vie njinja la vie caillou pour certaines, pour certains, damné(e)s de la terre, femmes et hommes réfugié(e)s évacué(e)s …violemment de la Place publique, la Place de La République même, comme un symbole de l’idéal piétiné.
Liberté, égalité, fraternité, ce ne sont pas les misérables sur lesquels s’abat la foudre et la farce pardon la force républicaine, qui les ont décrétées, ces valeurs, inscrites sur le fronton des mairies et des préfectures, liberté égalité fraternité, certaines, certains, sont juste venu(e)s voir, ont vu et été vaincus après avoir été un temps convaincu peut-être qu’elles et ils pouvaient se faire une petite place au soleil du pays des droits de l’homme comme on l’appelle en oubliant de nuancer parfois un peu, la France est le pays des droits de l’homme qui a des papiers, et en ce moment en France, c’est l’hiver, froid. Et la neige, parfois recouvre l’idéal…
Heureusement, quelques-unes et quelques-uns, citoyennes, citoyens, résidentes, résidents de la République, résistent et font fondre neige au soleil des cœurs qui tiennent ensemble et incarnent le sens des mots auxquels elles et ils croient, intimement, collectivement, définitivement radicalement par foi.
Oui, « les mots ont un sens », ce n’est pas de moi non plus, mais de … Pascal Praud, merci de ne pas sourire à cette ligne, je rends à Pascal ce qui appartient à Pascal le pro de la télé à débat polémiste, vous savez cette télé qui commande à nos instincts les plus bas de réagir et surenchérir en continu, et dont les spécialistes et les experts en tout donc en rien, parfois commentent les événements et commencent leurs phrases par « on ne peut plus rien dire » tout en déroulant leurs propos en toute quiétude ensuite sur les plateaux où l’on peut disserter divaguer discriminer en direct et sans contradiction parfois, et j’insiste sur le parfois, pour la nuance, la même nuance dont je parlais plus haut et que je m’applique à moi-même car nul ne devrait en faire l’économie, nul ne devrait en être exempt.
 
La vie suit son cours, et le monde tourne mal mal, c’est « Le temps des tempêtes », certaines il faut le dire, dans un verre d’eau. Prenons Paul Bismuth, par exemple pour ne pas le nommer vraiment, Paul B qui ne me contredira pas, si je dis que la politique est une omelette et qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, oui vous pouvez applaudir la punchline j’en suis assez fier, elle a vingt ans et je la rappais dans un texte adolescent qui n’a pas pris une ride contrairement à moi, et à notre homme…d’état, ancien président mis en examen, convoqué au tribunal par des petits pois l’image est de lui, présumé innocent présumé coupable, qui avait comparé les juges d’instruction à des petits pois dans leurs boites, une première sous la cinquième République, je parle évidemment de sa comparution et non de sa comparaison, do you understand me ?
 
La vie suit son cours, vous vous souvenez ?
Comme Paris hier, Joinville-Le-Pont est une fête, les soirées de chez Castel ne sont plus, mais les oiseaux de nuit en manque battent pavillon Val-de-Marne pour des ambiances folles dingues clandestines, clubber’s clusters, on tient là un concept pour demain, je note. Pour plus tard. Enfin bref…
Poursuivons, notre tour d’actualité.
 
Littérature…
Obama casse la baraque, facile je sais et alors, Mr President publie le tome 1 de ses mémoires, Une terre promise, est succès d’édition, c’est « un vrai bouquin, bien écrit, clair, précis, anecdotique, qui raconte et décrit ». Je ne l’ai pas lu ….
Je cite Philippe Labro, permettez-moi un kif. Perso.
 
Football…
Que dis-je, tremblement de terre, Dieu est mort, Nietzsche avait tort, car Dieu était vivant jusqu’au 25 novembre 2020, jusqu’au départ de Diego Armando Maravilha Maradona El Pibe de Oro, le gamin en or de Boca Junior, passé par le Barça et le Napoli, champion du monde en 1986 avec sa sélection, Grande Diego né dans la boue d’un des quartiers les plus pauvres de Buenos Aires, Grande Diego qui aura écrit, de ses pieds magiques et de sa main divine, sa légende personnelle. Dieu est mort, vive Dieu, qui nous aura émus, fait rêver par ses dribbles et ses buts, touchés dans sa détresse et sa chute. Il y a tant à dire sur le joueur, exceptionnel et sur l’homme, controversé, tant à dire aussi sur certains matches, emblèmes de ma jeunesse sous les tropiques, comme cet Argentine-Cameroun, en ouverture du mondial 90, et Omam Biyick qui s’envole et nous met en haut, tant à dire sur les visages défaits de Maradona et de ses co-équipiers à la fin du game, des larmes de liesse à la maison à Bonapriso, tant à dire, mais laissons, Dieu est mort. Et le titre de l’équipe est fort, j’aurais signé mon article ainsi aussi, si j’étais.
Journaliste sportif.
 
Affaire d’état, pour finir…
Article 24, sécurité globale, Michel Zecler, un homme, noir, pas si clair donc, manifestement, a été tabassé par des policiers qui voulaient le contrôler … pour non port du masque. J’ai vu les images comme beaucoup, insoutenables, et allez savoir pourquoi, mon esprit bloque encore, mon esprit bloque toujours, sur la déraison de son interpellation, pardon de son agression, chez lui. Non port du masque. Non port du masque. Non port, du masque.
 
Et je n’ai rien à rajouter votre honneur.
 
Ah si, ceci, message aux mauvais flics, souriez, vous êtes filmés.
 
Gil Scott-Heron, you were wrong, The revolution will … be televised !
 
 
Dehors le monde est gris
 
Dedans il fait poésie
 
Le café fume
 
Et le temps file
 
Lentement, lentement, lentement
 
Au tempo de mon cœur en émoi
 
 
One Love !!!
 
 

Bienvenue au coeur d'un univers éclaté et dispersé, mais entier. Et merci de partager ici, avis et ressentis… 

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s