Je suis (fils de) prof …

Ma mère était, enseignante, de Français et de Philosophie, à Douala, au Cameroun, où je suis né, où j’ai grandi.

Dans les livres.

Ma mère savait, éveiller chez ses élèves qui me le témoignent encore aujourd’hui alors qu’elle nous a quittés un 17 octobre noir il y a bien longtemps déjà, la curiosité de tout ce qui n’est pas soi et la conscience pleine d’eux-mêmes, une certaine ouverture d’esprit au monde.

Elle (leur et nous) répétait souvent, en substance, « tout a déjà été fait, tout a déjà été dit, tout a déjà été écrit, tout. Tout a déjà été vécu. Et pourtant, il y a tant à faire, dire, écrire et vivre encore, pour chercher et trouver l’Homme, inventer et faire advenir l’Homme, l’être humain en nous. »

Ma mère veilleuse, merveilleuse femme de Lettres, m’a inoculé le virus des littératures du monde et donné très tôt, l’amour des mots. La passion de transmettre.

Je suis fils de prof, c’est donc assez naturellement que je me suis intéressé et m’intéresse toujours au corps et au cœur de l’école. Et si j’ai fini par m’engager à mon tour, si j’ai fini par m’engager pour l’école, c’est que je pense qu’elle est un lieu de tous les possibles, capable de transformer, réduire les inégalités sociales, porter et élever certains enfants au firmament d’eux-mêmes, permettre à d’autres de découvrir en eux des capacités lumineuses et développer des compétences ou des talents insoupçonnés qui aident à sortir de tous les déterminismes.

Je nourris et mûris, expérimente sans cesse, des réflexions sur la citoyenneté qui se construit à mon sens, se forge et s’édifie dès le plus jeune âge.

À l’école, chacun peut, chacun devrait apprendre à devenir sujet et porteur de sa parole. Et l’art, la culture et la pratique artistique, sont parmi les moyens à la disposition de l’Éducation Nationale, pour permettre aux élèves d’arriver à l’expression toute entière d’eux-mêmes.

J’ai commencé à intervenir en milieu scolaire, à enseigner l’art-rencontre, l’art-thérapie individuelle et collective, l’art-résistance, l’art-pratique, car une enseignante sensible à mon travail d’artisan me l’avait demandé, convaincue que ma place était là aussi, et que je pouvais apporter quelque chose à ses élèves, une bouffée d’art frais et une vision du monde. Autre.

C’était il y a plus de dix ans.

Depuis sans relâche je m’attèle à cette tâche heureuse, utile, j’invite ici et là, des jeunes de tous les pays et toutes les cultures, à lâcher prose, oser leurs causes, écrire, dire et agir en résonance.Et je suis toujours très heureux, de nos temps d’échanges précieux, ému par leur énergie, leur poésie.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, de leur poésie.

Avant toute chose. Mon rôle est de les révéler à eux-mêmes parfois, en leur offrant le goût d’une nouvelle praxis poétique capable de saisir le tremblement, de l’âme de l’Homme et du monde.

Mon rôle est de partager avec eux cette conviction profonde que je porte : « l’art est (comme la) vie, un engagement ! »

Ma mère disait aussi, qu’il fallait sans cesse revisiter le langage, l’histoire, les mots, et mille fois je l’ai entendue, citant Hannah Arendt, Hölderlin, Césaire et d’autres, poètes, philosophes, anciens, modernes, toutes et tous radicalement et éternellement contemporain(e)s, nous rappelant à nos droits et nos devoirs fondamentaux d’êtres humains, le droit et le devoir de réaliser une œuvre, laisser une trace car « seules les traces font rêver », le droit et le devoir de choisir et d’assumer son métier, c’est-à-dire le plein axe de sa vie, sa vocation de Femme et d’Homme, le droit et le devoir d’à part être aux yeux des autres, le droit et le devoir de vivre debout et digne, jour et nuit.

On ne peut professer que si on est habité par ce que l’on professe, alors tant que je serai habité, je continuerai à professer, déclarer ouvertement mon amour à la poésie, à exercer dans la Cité et enseigner publiquement le retour et le recours au poème, porteur de valeurs, d’humanisme et de beauté, « tous ces chemins qui nous manquent ».

La défaite et la violence adviennent souvent lorsqu’on fait taire en nos élèves ou nos enfants la quête de sens, alors nous devons éveiller chez eux la curiosité et la faim de l’esprit qui fondent notre humanité et font naître la contingence de la pensée. C’est là notre plus grande et plus belle responsabilité, d’adultes, de parents, d’enseignants, éduquer c’est permettre à celles et ceux dont nous avons la charge, de grandir en humanité et devenir chefs de projet… de leurs propres vies.

Ma mère répétait souvent, en substance, « tout a déjà été fait, tout a déjà été dit, tout a déjà été écrit, tout a déjà été vécu, mais il y a tant à faire, dire, écrire et vivre encore, pour chercher et trouver l’Homme, inventer et faire advenir l’Homme, l’être humain en nous. »

Oui, définitivement, oui, radicalement, enseigner c’est s’engager.

Et je suis.

Fils de.

Prof, et si fier.

De l’être.

Marc Alexandre OHO BAMBE

Ce texte est dédié à Jeannette OHO BAMBE, et à toutes et tous les profs du monde en premières lignes …

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire

#JeSuisFilsDeProf

Une réflexion sur “Je suis (fils de) prof …

  1. Pour une fois, je trouve ton texte un trop doux, Capitaine Alexandre. N’oublie pas les feuillets d’Hypnos: «Face à tout, A TOUT CELA, un colt, promesse de soleil levant ! « Amitiés

    >

    J'aime

Bienvenue au coeur d'un univers éclaté et dispersé, mais entier. Et merci de partager ici, avis et ressentis… 

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s