Nous Grands brûlés Du poème

Laisser
Couler
Un café
Faire
Tourner
Un vinyle

Soleil noir

Dans un jardin d’hiver
Henri Salvador chante
Sa voix porte en nous
Toute la tendresse du monde

E mala nè ?
Nangadef ?
Ndengenini ?
Alafoudje ?
Koman ou ye ?

Parfois le vide
Parfois la vie
Me demandent
Dans toutes les langues
Comment je vais
Je leur réponds
Dans la mienne

En paix
Comme je suis venu
Aux mots
En paix
Comme tout ce que je nous souhaite
Pour traverser ensemble
Nos jours et nos nuits nostalgiques
De nous-mêmes debout

Nous

Grands brûlés

Du poème

MAOB

One Love !!!

#écrirejustejusteécrire

Bienvenue au coeur d'un univers éclaté et dispersé, mais entier. Et merci de partager ici, avis et ressentis… 

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s