Montréal à la Libraire le Port de tête

Ami(e)s de Montréal, je vous espère en nombre ce Mardi 23 MAI à 19h, à la Libraire le Port de tête. Avec l’ami Blaise Ndala, nous causerons, de poésie, de littérature, et nous lirons des extraits de nos ouvrages respectifs parus chez Mémoire d’encrier.
Et je slamerai ou danserai quelques poèmes aussi, accompagné par le frangin magicien Alain Larribet.

One Love !!!

#LifeisAPoetrip
#MontrealExperience
#DeterreDeMerD‘amourEtDeFeu

 

Toronto French School

At Toronto French School, école internationale Canadienne qui nous a open ses portes pour un cycle de conférences artistiques (poésie, musique, pop art) et un concert littéraire offert en ouverture de la journée pédagogique organisée par la direction de l’établissement.
Merci aux élèves et aux enseignants, pour l’écoute et les échanges fructueux.
Merci à mes compagnons de route, Fred Ebami et Alain Larribet, pour le partage du feu.

Chevalier de l’Ordre National du Mérite

Nommé au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite par décret du Président de la République en date du 2 mai 2017 …
Merci à Martine Aubry, Maire de Lille, qui a souhaité proposer ma candidature à cette distinction honorifique.
Pensée émue pour ma famille, mon cercle premier, dont l’amour me porte et m’élève chaque jour.
Merci aux amis ici et là, soeurs et frères de coeur et d’âme, qui m’accompagnent et me soutiennent dans tous mes engagements : artistiques, associatifs, citoyens…
J’accepte cet honneur comme un symbole de plus, la récompense d’un parcours d’homme. De plein vent.
Je suis heureux à l’idée de pouvoir partager cette nouvelle avec vous, sur cette page et avec mes élèves, auxquels je dis et répète sans cesse de se battre pour leurs rêves, se battre pour ce en quoi ils croient, incarner leurs idéaux. Sans rien attendre d’autre, que la paix avec soi-même qui survient, quand on est à sa place juste. Juste, à sa place.
Il y a vingt ans en arrivant en France, j’avais promis à mon père de me réaliser et d’ajouter quelque chose à l’héritage que j’avais reçu. Il m’avait alors répondu, souriant : « Je sais, j’ai confiance en toi. Tu deviendras écrivain. Et bien plus, tu deviendras un homme ».
Thanks Dad, you are not dead. Et Maman non plus, vous êtes là. Partout.

Galerie du Bassin du Congo à Paris

En live à la Librairie Galerie du Bassin du Congo à Paris, dans le cadre d’un bel après-midi d’échanges de réflexions et questionnements sur le Cameroun, la littérature, l’engagement, l’art, la place de l’artiste dans la société…
Merci à la dynamique équipe à l’initiative des « Okwele Series », Benjamin, Thomas, Franck et Patricia Essong. Fred Ebami et moi espérons avoir honoré votre invitation et votre bel accueil.
Merci à Black Swan, Hemley Boum, Indy Dibong et Fred Ebami, pour le partage. Les tables rondes étaient « animées mal »
Merci au public, pour sa présence et son écoute chaleureuse.


 

 

« Entre-deux », chronique d’un Résident de la République

Entre-deux

Toi, moi, nous,
Le peuple

Entre-deux

Le monde ancien
Qui s’effrite
Notre monde créole qui advient
Malgré le bruit des bottes
Et la peste brune qui revient
Au trot

Trop c’est trop
Pour
Toi, moi, nous,
Le peuple

Trop c’est trop
Pour
Toi, moi, nous
Le peuple

Pris entre deux feux
Deux voix
Deux voies
Deux choix
De vies
Deux visions de la société opposées
Et la justice qui tente
Encore
D’écouter aux portes
De la beauté
Dans un pays qui brûle
D’impatiences

Entre-deux
La vérité, mise en pièces
De théâtre
En deux actes
Et deux tours
Entre eux deux

Entre-deux
La sentence des urnes
La défaite de l’intelligence du cœur
Et de l’idéal commun
Comme un pied de nez
A la démocratie
En question

Par le peuple
Et pour le peuple

Toi, moi, nous

Toi, moi, nous

Entre eux deux, entre tous
Une partie de campagne triviale
Poursuites d’egos enflammés
Entre un hologramme programmé
Pour faire battre
Le cœur de la France forte
Qui marine
En eaux troubles
Et tourne en rond et autres devises
Qui divisent
La foule qui défile sans cagoule et défoule
Son humeur de houle

Dans la rue

Toi, moi, nous,
Le peuple
La génération Non-Non
Les Ni Ni
Les Oui Oui
Les indécis
Les insoumis
Les sans voix
Et les sans droits

Les amants du jour neuf
Et de la nuit qui s’enfuit
Vers une aurore de jasmin fané
Une révolution reportée

Entre-deux
Entre eux deux

Toi, moi, nous
Le peuple
Sans dent
Mais pas sans courage ni espoir
Le peuple
Sans dent
Mais pas sans conscience ni discernement
J’ose l’espérer et le dire encore ici, histoire
De nous rappeler à nous-mêmes
Qui nous sommes
Démiurges endormis détenant dans nos mains magiciennes
Le pouvoir ultime de bouleverser
Le désordre du monde

Entre-deux
Des dérives
Qui se rient
De nos rêves
Et nos révoltes
Qui dévient

Entre eux deux
Nos utopies en marche, pardon en actes,
Nos pactes de sang, de sens
Et nos alternatives citoyennes, pérennes
La résistance
La dissidence
L’espérance
En berne
Mais l’espérance quand même
Le maquis au loin
Les armes miraculeuses
La poésie rieuse
Le slam des partisans
L’éthique et le sens
De l’Histoire
Qui requiert

Toute notre attention

Notre vigilance

Et nos intentions

De vote

Il ne faut surtout pas
Se trumper de colère
Ne surtout pas laisser
La colère nous trumper
Cinq ans c’est long
Et demain peut être encore plus long
A atteindre

Entre-deux

Entre-deux
Toi, moi, nous
Le peuple
Face à eux

Deux voix
Deux voies
Deux choix
De vies
Deux visions de la société opposées
Et la justice qui tente
Encore
D’écouter aux portes
De la beauté
Dans un pays qui brûle
D’impatiences

Entre-deux
Gil Scott Heron
Chante
The revolution will not be televised
Et Bob Marley nous dit
Everything gonna be alright

Right?

MAOB

« Entre-deux », chronique d’un Résident de la République …

One Love !!!

#DaChronic

Au Salon du Livre et de la Presse de Genève …

Merci à Pascale Kramer et Boniface Mongo Mboussa, pour l’invitation au partage.
Ravi d’avoir revu les amis et à la famille de Freebourg, Etse Fischer, Claudine Fischer, Caroline Despont , Ana Tognola, rencontré le dynamique frangin Timba Bema et passé un moment fort sur le stand de la Cène Littéraire, initiative essentielle portée par Ngoãn Beti.
Bonheur d’avoir retrouvé l’ami frère Alain Larribet pour un voyage poétique et musical, succombé aux mots précieux de la poétesse Joséphine Bacon, déjeuné avec la grande sister Marijosé Alie et commencé à préparer la sortie de mon nouveau livre à Montréal avec Rodney Saint-Éloi, Camille Robitaille et Dany Laferrière.