Babelio

Critique d’Evlyne Leraut envoyée sur le site de BABELIO

Résidents de la République - Marc Alexandre Oho Bambe - Couv« Voici 135 pages d’un époustouflant hymne au vivre-ensemble, tapis rouge de la fraternité tout en couleurs. Marc Alexandre Oho Bambe poète délivre des morceaux d’architectures valeureux. Dit « Capitaine Alexandre » cet écrivain sait le mot qui convient pour déchiffrer les tristesses, et les nostalgies qui riment avec l’exil. Il pressent les caresses de la magnanimité qui est la belle qualité humaine à offrir au prochain. Ses textes, ses poèmes sont des passerelles pour un partage généreux envers tous les citoyens du monde. « Où allons-nous ? Au combat, ens
mble et dans le même sens, au-delà de nos divergences comme nos aînés et leurs aînés avant nous, pour faire front au front de l’ignorance et de la haine. » Ses mots sont des conduites à tenir. Des enseignements pour une concorde et une harmonie réunifiées. Il suggère l’attitude d’exemplarité entre ses lignes humanistes. le lecteur retient chaque phrase pour en faire un outil de mémoire. Les Résidents de la République, porte de lumière, écrin d’altruisme, font de ce livre de la poésie éclairante et généreuse. Ce recueil est une force, il saisit les brassées du Verbe de la phrase juste, pour servir de levier afin de rendre le monde meilleur et aimant. Ce livre est une étoile filante, le lecteur fait le voeu de s’améliorer ou de continuer sa persévérance du don pour l’autre. « Capitaine Alexandre » aime l’autre, l’hôte de passage, l’exilé, l’immigré, le frère, la soeur, tous les enfants du monde, les Résidents d’une République qui porte haut l’étendard de nos valeurs communes. On referme le livre avec enfin l’espérance
 dans le coeur. le lecteur n’a plus qu’une envie, l’offrir à tous et le voir en évidence dans chaque bibliothèque, et mairie. 
Ce livre est un secours, un doigt qui essuie la larme de l’indifférence. Une bouffée de bien-être et on devine chez Capitaine Alexandre les sillons du respect et on se dit qu’il doit faire bon vivre chez lui tant ses mots sont des consolations et des possibles réalités.
Merci à Babelio et à toute l’équipe de Masse-Critique pour l’envoi de ce livre riche de qualité humaine et d’écriture. »

 

Poète tambour

Biographie

Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre (en hommage à René Char), est un poète slameur, dandy de grand chemin écrivant au tempo du cœur.

Issu d’une longue lignée d’auteurs humanistes, Capitaine Alexandre inscrit ses mots et ses pas dans ceux essentiels, de ses guides à penser et professeurs d’espérance : sa poésie chante les possibles, le don de soi et le sens de la révolte contre toutes les injustices, la quête de l’humain, « rien que l’humain, où qu’il se trouve », le refus de vivre « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur ».

Du bout des lèvres, avec douceur et conviction, il écrit, décrit notre époque opaque, chante résistance, incite et invite à la réflexion, au dialogue des cultures et à l’invention d’une nouvelle éthique, poétique de la relation.

Né le 14 aout 1976 à Douala au Cameroun, Marc Alexandre Oho Bambe est le fils d’une professeure de français, de lettres et de philosophie et d’un homme de culture, fonctionnaire et mécène.

La poésie le berce dès son plus jeune âge, elle deviendra fondamentale et vitale à l’aube de ses quinze ans, à cause ou grâce à la lecture de poèmes d’Aimé Césaire et René Char dont les mots le foudroient.

Capitaine Alexandre quitte son Cameroun natal à 17 ans, arrive en France où il passe un bac littéraire à Lille, avant de poursuivre des études d’attaché de presse à l’EFAP.

Ses études le conduisent à un métier de communicant en agence, qu’il finit par quitter pour ne pas perdre sa vie à la gagner. Il retourne alors à ses premières amours, le journalisme et l’écriture. La poésie des jours.

En 2006, il fonde le Collectif On a Slamé Sur La Lune, OLP (Organisation de Libération de la Parole) et troupe de troubadours et ménestrels chantant, poètes slameurs, musiciens, metteurs en scène, plasticiens, vidéastes et performers.

En 2010 le collectif OASSLL sort son premier album « En Attendant … » Les membres du collectif multiplient les interventions culturelles et les performances scéniques : slam poésie, ateliers d’écriture, expoésie, installations artistiques, festivals, débats, rencontres, conférences, réalisations, publications et éditions d’œuvres originales.

Le Collectif s’inscrit résoluement dans une démarche d’éducation populaire citoyenne, et affirme son ambition pédagogique : celle de sensibiliser le public à la poésie, au spectacle vivant, au devoir de mémoire, et au dialogue des cultures.

En 2009, Marc Alexandre Oho Bambe publie ADN (Afriques Diaspora Négritude) son premier texte, accouché par « Césairienne », hommage vibrant à Césaire tant aimé et à la terre-mère de l’auteur qui y crie son afroptimisme et son engagement pour le continent qui l’a vu naître.

En 2014, Le Chant des possibles paraît aux Editions La Cheminante et lui vaut plusieurs distinctions, le Prix Fetkann de poésie en 2014 et le Prix Paul Verlaine de l’académie Française en 2015.

Le Chant des possibles, est un texte d’aujourd’hui, nourri d’hier et résolument tourné vers demain, qui épouse la forme irremplaçable du format papier, poursuivant le chemin d’écriture des aînés, tout en se déployant à l’infini dans l’univers sonore et visuel du poète touche-à-tout et slameur schizophone, dandy de grand chemin et infatigable cré-acteur de liens et d’utopies contemporaines. Capitaine Alexandre adapte son livre en live, en belle compagnie d’artistes musiciens, sœurs et frères d’art et d’âme.

En 2016, Marc Alexandre Oho Bambe publie toujours à La Cheminante, Résidents de la République, un essai écrit en « état d’urgence », mélange de textes, réflexions et pensées en faveur d’un vivre-ensemble de faits et de fête, contre la défaite des idéaux, le désespoir et la fatalité. Résidents de la République est aussi une adresse poétique à chacun et une douce invitation à l’action citoyenne et responsable. «Ce texte, est une douce invitation au désordre, pour nous rappeler à l’ordre et à la lumière de nous même. Nous, Résidents de la République, citoyens du Tout-monde qui gronde, ou sommeille en nous. »

En 2017 paraît aux Editions Mémoires d’Encrier, De terre, de mer, d’amour et de feu, le voyage du poète de Port-au-Prince à Douala, sous l’arbre à palabres des océans et continents. De terre, de mer, d’amour et de feu est un poème écrit sous influence pendant trois jours et trois nuits fièvre, un cœur de texte dont les mots tremblent, encore. D’amour, d’orage et d’espérance.

Capitaine Alexandre slame ses textes et chante les possibles sur les scènes du monde entier (Afrique du Sud, Liban, Maroc, Cameroun, Martinique, Haiti, Sénégal, Cuba, Canada, Espagne, Malawi, Suisse, Belgique, Brésil, Côte d’Ivoire, îles Comores…), intervient lors de conférences internationales, et donne de nombreux concerts littéraires en France et à l’étranger.

Sa dernière création, De terre, de mer, d’amour et de feu, est un opéra slam baroque à la croisée des disciplines et des cultures, mêlant poésie, musique, chant et danse, adaptation de son livre éponyme. De la poésie, pour saisir le tremblement du monde, dans le mouvement incandescent d’une langue qui déborde. Capitaine Alexandre embrasse ses vertiges, chante et danse avec ses mots de blues et d’espérance. Un récital à la fois baroque et contemporain, hymne vibrant à la vie et à l’amour. L’opéra a été présenté en Juin 2017 en avant-première à la Fondation Louis Vuitton dans le cadre de la Carte Blanche d’Alain Mabanckou.

Marc Alexandre Oho Bambe enseigne depuis dix ans et transmet à ses élèves et ses étudiants en France et à l’étranger, le goût de la littérature et de la poésie vibrante.

Son travail consiste ici à explorer de nouveaux champs d’actions culturelles et pédagogiques autour de la lecture sensible et du slam, donc de l’approche par le corps/cœur de textes classiques et contemporains, avec l’objectif d’inviter/d’initier les jeunes à une praxis poétique permettant de saisir les enjeux du monde, produire de l’intelligence collective et du sens commun, de la subjectivité et de la citoyenneté.

Marc Alexandre est également chroniqueur média (Africultures, Médiapart, Wéo, Le Point Afrique).

Enfin, Capitaine Alexandre a été fait Chevallier de l’ordre du Mérite le 2 mai 2017 par décret présidentiel.