Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot

SALON DU LIVRE 2015 par mairie-villeneuvesurlot

Merci à l’Organisation du Salon du Livre, à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville et à la Librairie L’Ivresse, pour l’invitation et le bel accueil.

Merci à Alain Mabanckou, Eugène Ebodé pour le naturel des échanges, leurs mots de soutien à mon travail d’artisan poétique et leurs lectures pendant la session slam improvisée 🙂
Merci aux élèves et au public du Salon du Livre, et à toute la team d’organisation. Merci à la chanteuse Amy Boura pour cette reprise magique de Myriam Makeba, au dessinateur Chandre pour la performance et à Fiston Mwanza Mujila pour le trip et les fous rires avec Pomo Amy Boura.

11393219_10205772319100246_2360681777855718132_n

11390512_10205772329860515_6085639659372597704_n

11330021_10205772328660485_7338711873797585867_n

11223807_10205772320380278_7616630639474219470_n

Salon du livre de Villeneuve-Sur-Lot

Salon du livre de Villeneuve-Sur-Lot, présidé cette année par Alain Mabanckou.
Rencontre littéraire avec des élèves de Première L qui nous ont offert la plus belle des écoutes, celle du coeur…

Retrouvailles avec le passionné et passionant Fiston Mwanza Mujila, auteur d’un premier roman magistral « Tram 83″…

Plaisir de partager la scène avec lui, nous lirons, dirons, « aboierons » des textes et chanterons les possibles ensemble!!!

Show devant!!!

Villeneuve sur lot

Villeneuve sur lot 2

Ei i ya pour Dany

Tout bouge autour de Dany Laferrière, depuis hier.

L’écrivain japonais en pyjama, dont l’une des ambitions premières a toujours été d’être une bonne nouvelle pour son pays Ayiti, est entré à l’Académie Française.

Mais qui est Dany Laferrière ?

Un « animal tropical » résidant à Montréal.

Et un auteur génial.

Haïtien, québécois, citoyen du monde habitant sa propre langue, Dany Laferrière a passé Les années 80 dans sa vieille Ford et sur sa Remington 22, écrivant comme il vit. Comme il dit. Comme il lit.

Depuis « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » , l’enfant de Petit-Goâve poursuit sa dérive douce.

Vers l’éternité.

De Laferrière j’aime l’homme au regard enjoué et à la plume rieuse, le sens de la formule, et les titres, aussi savoureux les uns que les autres : « Le goût des jeunes filles » , « Cette grenade dans la main du jeune noir est-elle une arme ou un fruit ? », « L’énigme du retour » , « Eroshima », « Le charme des après-midi sans fin », « Le cri des oiseaux fous », « Vers le sud », « L’art presque perdu de ne rien faire », « Pays sans chapeau », « Je suis fatigué », « L’odeur du café » …

Immortel, il peut avoir sourire aux rêves.

Et nous aussi.

Tout bouge autour de nous.

En ces temps de crispation identitaires, des portes closes s’ouvrent.

Au divers. A la relation. Au monde.

Et c’est plutôt bon signe.

Ei i ya pour Dany !!!

 

Marc Alexandre Oho Bambé

Souvenirs de Bruz, en Bretagne

J’ai eu l’honneur d’être invité au Collège de Bruz à l’occasion de la deuxième édition de la semaine de la poésie.

Merci pour l’accueil chaleureux et pour ces merveilleux souvenirs que je peux (re)Vivre sur votre blog CDI du Collège Pierre Brossolette – Bruzpour vos slams sur ‘Le Chant des possibles‘ et vos poèmes sur les murs, dans la cour, sur les arbres poèmes …

Capitaine Alexandre en lecture

Arbre à poèmes

Collège Pierre Brossolette - Bruz

Poèmes dans la cour

 

 

 

 

 

A la Sorbonne

En bref, j’ai chanté les possibles à la SORBONNE, avec une pensée émue pour Césaire, Damas, Senghor et Jeannette OHO BAMBE ma mère, parmi mes professeurs d’espérance…

Merci aux élèves du Liban, d’Espagne, d’Italie, du Maroc et de France pour leur engagement citoyen et la qualité de leurs interventions.

Merci à l’Académie de Paris et à la Mission Laïque Française pour l’invitation, le bel accueil, et je le répète, l’écoute et la confiance accordées à mes propositions artistiques et pédagogiques.

Merci à Abdennour Bidar pour l’échange très riche que nous avons eu.
Offerts en partage, quelques mots extraits de mon texte d’intro.. diction sur le thème du jour : La laïcité.

« La laïcité ne doit pas être chose abstraite, concept opaque. Elle doit prendre corps et coeur dans la pratique d’un vivre-ensemble de faits, je dirai même de fête, des différences et des ressemblances. »

Sorbonne1

Sorbonne2