Salon du Livre de Villeneuve-sur-Lot

SALON DU LIVRE 2015 par mairie-villeneuvesurlot

Merci à l’Organisation du Salon du Livre, à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville et à la Librairie L’Ivresse, pour l’invitation et le bel accueil.

Merci à Alain Mabanckou, Eugène Ebodé pour le naturel des échanges, leurs mots de soutien à mon travail d’artisan poétique et leurs lectures pendant la session slam improvisée 🙂
Merci aux élèves et au public du Salon du Livre, et à toute la team d’organisation. Merci à la chanteuse Amy Boura pour cette reprise magique de Myriam Makeba, au dessinateur Chandre pour la performance et à Fiston Mwanza Mujila pour le trip et les fous rires avec Pomo Amy Boura.

11393219_10205772319100246_2360681777855718132_n

11390512_10205772329860515_6085639659372597704_n

11330021_10205772328660485_7338711873797585867_n

11223807_10205772320380278_7616630639474219470_n

Salon du livre de Villeneuve-Sur-Lot

Salon du livre de Villeneuve-Sur-Lot, présidé cette année par Alain Mabanckou.
Rencontre littéraire avec des élèves de Première L qui nous ont offert la plus belle des écoutes, celle du coeur…

Retrouvailles avec le passionné et passionant Fiston Mwanza Mujila, auteur d’un premier roman magistral « Tram 83″…

Plaisir de partager la scène avec lui, nous lirons, dirons, « aboierons » des textes et chanterons les possibles ensemble!!!

Show devant!!!

Villeneuve sur lot

Villeneuve sur lot 2

Ei i ya pour Dany

Tout bouge autour de Dany Laferrière, depuis hier.

L’écrivain japonais en pyjama, dont l’une des ambitions premières a toujours été d’être une bonne nouvelle pour son pays Ayiti, est entré à l’Académie Française.

Mais qui est Dany Laferrière ?

Un « animal tropical » résidant à Montréal.

Et un auteur génial.

Haïtien, québécois, citoyen du monde habitant sa propre langue, Dany Laferrière a passé Les années 80 dans sa vieille Ford et sur sa Remington 22, écrivant comme il vit. Comme il dit. Comme il lit.

Depuis « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » , l’enfant de Petit-Goâve poursuit sa dérive douce.

Vers l’éternité.

De Laferrière j’aime l’homme au regard enjoué et à la plume rieuse, le sens de la formule, et les titres, aussi savoureux les uns que les autres : « Le goût des jeunes filles » , « Cette grenade dans la main du jeune noir est-elle une arme ou un fruit ? », « L’énigme du retour » , « Eroshima », « Le charme des après-midi sans fin », « Le cri des oiseaux fous », « Vers le sud », « L’art presque perdu de ne rien faire », « Pays sans chapeau », « Je suis fatigué », « L’odeur du café » …

Immortel, il peut avoir sourire aux rêves.

Et nous aussi.

Tout bouge autour de nous.

En ces temps de crispation identitaires, des portes closes s’ouvrent.

Au divers. A la relation. Au monde.

Et c’est plutôt bon signe.

Ei i ya pour Dany !!!

 

Marc Alexandre Oho Bambe

Chronique sur Africultures