Communiqué : Résidents de la République

Résidents de la République
de Marc Alexandre Oho Bambe

Le poète slameur Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, prix Paul Verlaine 2015 de l’Académie Française annonce aujourd’hui la sortie de Résidents de la République publié aux Editions La Cheminante

Résidents de la République - Marc Alexandre Oho Bambe - Couv

 Marc Alexandre Oho Bambe poète slameur, lauréat du Prix Paul Verlaine de poésie de l’Académie Française, annonce aujourd’hui la sortie de son nouveau livre Résidents de la République. Un essai écrit en « état d’urgence », mélange de textes, réflexions et pensées en faveur d’un vivre-ensemble de faits et de fête, contre la défaite des idéaux, le désespoir et la fatalité.

Résidents de la République est aussi une adresse poétique à chacun et une douce invitation à l’action citoyenne et responsable.

« Ce texte, est une douce invitation au désordre, pour nous rappeler à l’ordre et à la lumière de nous même. Nous, Résidents de la République, citoyens du Tout-monde qui gronde, ou sommeille en nous. » introduit Marc Alexandre Oho Bambe.

Poète tambour, Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, (en hommage à René CHAR) est issu d’une longue lignée d’auteurs humanistes. Avec ce nouveau livre, il perpétue les quêtes essentielles de ses maîtres à penser et professeurs d’espérance :  le don de soi et le sens de la révolte contre toutes les injustices, la quête de l’humain, « rien que l’humain », où qu’il se trouve.

Il s’agit ici de vivre intensément, généreusement, pleinement, poétiquement, et refuser radicalement de subir l’époque, refuser de rester « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur ».

Pour Capitaine Alexandre, écrire c’est agir, agir dans son lieu, en pensant avec le monde.

« En effet, il s’agit d’agir, je me le répète chaque jour, chacun à son échelle. Il nous faut recréer cette émotion de l’intelligence collective et du (bon) sens commun, s’informer, se former, se forger peut-être des convictions nouvelles, remises en questions nécessaires, urgentes, vitales comme l’air ou l’art, que certains respirent, pour que jamais ne s’essoufflent l’envie, la vie, la frénésie des idées haut placées, dans le ciel d’idéaux partagés » .

Egalement intervenant en milieu scolaire, Marc Alexandre Oho Bambe propage auprès des jeunes le respect et le sens, de la vie curieuse de l’Autre et de l’existence libre, affranchie des dogmes et des extrêmes.

A travers des ateliers d’écriture et d’expression poésie slam, il valorise la parole des élèves et invite incite chacun à prendre place (à part) entière au coeur du collectif, au sein de la Cité.

« Il s’agit d’être soi-même au fond, être soi-même et capable de relation avec l’autre. Il s’agit d’être au monde, résistant, dissident quand il le faut, si cela contribue à sauver son honneur ou celui de la République. Il s’agit d’être, résident de la République, citoyen d’un monde qui bouge et effraie les conservateurs et partisans de l’immobilisme général, celles et ceux qui voudraient que rien ne change. Au nom de la gloire passée, et de biens sélectives mémoires. » répond Marc Alexandre Oho Bambe à ses élèves qui s’interrogent sur la question être ou ne pas être Charlie.

Marc Alexandre Oho Bambe a publié ADN et Le Chant des possibles, aux Editions La Cheminante.

Il est lauréat de plusieurs prix de poésie, dont le Prix Fetkann (Mémoires des Pays du Sud, Mémoire de l’Humanité) en 2014 et le Prix Paul Verlaine de l’Académie Française en 2015.

Après une longue tournée de concerts et performances poétiques en France et dans le monde, le poète slameur revient à la littérature avec cet essai « Résidents de la République » publié à La Cheminante et disponible à partir de septembre 2016.

Résidents de la République - Marc Alexandre Oho Bambe - 4eCouv

Contact Presse :
Sandrine Constant

Au Salon du Livre Haïtien à Paris Sur La Lune …

Mesi anpil à mon amie Yanick JP Lahens pour son invitation à chanter les possibles, en compagnie du grand Daniel Maximin, du « poète brasseur » Emmanuel Vilsaint, du vibrant Adjabel Atissou Loko, du saxophoniste vaudou Thurgot Theodat et de la chanteuse Kecita Madaleno Clénard.
Merci à Bazile Pegguy, pour la photo de « La Marraine » 🙂
C’était une bien belle soirée, organisée par la très dynamique association HAITI FUTUR.
Le Salon du Livre et les rencontres continuent demain, dimanche 4 décembre au Foyer Grenelle, 17 rue de l’Avre dans le 15è arrondissement. Entrée libre.

One Love!!!

Haiti - Salon du livre

#AyitiAuCoeur

Oser ralentir

Sortir
Du monde
Oser
Ralentir
Se poser
Chercher
Retrouver
Le sens
Des matins
Et des gestes
L’essence
De l’être
L’espérance
Du coeur

La mélanfolie douce
Des jours

L’urgence

De vivre

Le rêve, ou le poème
Perdu, enfoui, « encré »

En nous

MAOB

One Love!!!

15267790_10209844841630764_1196784905280244232_n

#ÉcrireJusteJusteÉcrire
#PoetAtWorkWorkWork 🙂
#JdidaSurLaLune

Ma première chronique « En direct de Mediapart »

« En direct de Mediapart », ma première chronique à découvrir ici …

N’hésitez pas à partager si ça vous (en)chante🙂
Merci à Edwy Plenel et à la rédaction, pour l’accueil chaleureux.
Rendez-vous la semaine prochaine, même jour, même heure, et d’ici là, restons vivants!!!

One Love!!!
#ConceptByOnASlaméSurLaLune
#UneAutreidéeDeLaTélé
#DistillerDeLaPoésieSurLesOndes
#RésidentsDeLaRépublique
#UnHommeEtUnLivreEnLive
#OnTheMoonAgain

En direct de Mediapart en tant que Chroniqueur

Permettez-moi de partager avec vous cette nouvelle aventure qui se profile pour le Collectif On A Slamé Sur La Lune et pour moi, au sein de la rédaction du journal Mediapart.

A partir de ce MERCREDI 30 NOVEMBRE, je rejoins l’équipe du magazine politique hebdomadaire « en direct de Mediapart » en tant que chroniqueur.

Il s’agira pour moi et les membres de notre Collectif d’artistes, de porter nos paroles de plein vent, relayer nos actions citoyennes et distiller de la poésie sur les ondes.

Pour suivre le « Live », il suffit d’aller sur le site du journal, rendez-vous à 20h.

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/281116/mercredi-20h-en-direct-de-mediapart-la-droite-de-m-fillon

Je profite également de ce message, pour vous offrir en partage cet article paru dans le Journal Marianne qui parle de mon dernier livre « Résidents de la République » publié aux Editions La Cheminante.
Mariane

Slam surprise pour le repas des sans-abris à Bordeaux

Dans la rue
La danse
Des mots
La vie
La fraternité d’âmes
D’hommes et femmes
De plein vent

A plein temps

Bravo aux bénévoles de l’association « Les enfants de Coluche » qui organise la « tablée » dans les rues de Bordeaux. Et merci aux amis de la rue Sainte Catherine, pour la chaleur de l’accueil et leurs poèmes, un soir d’hiver solidaire.
Merci à Ken Wongyoukhong pour sa belle sensibilité, ses photographies remarquables et le partage. De l’humanité.
Merci également à Walid Salem et au site d’information Rue89Bordeaux, de relayer cette initiative locale et citoyenne.

Nouvelle Aquitaine Sur La Lune

En résidence d’écriture et création poétique en Nouvelle Aquitaine Sur La Lune …
De villes en villes je vais, à la rencontre d’élèves que j’invite et initie au lâcher prose et à la poésie des jours sans fin. De Cestas à Libourne, en passant par Cenon et Langon, les mots résonnent et sonnent. Justes, toujours. Les jeunes ont entre 14 et 16 ans, et découvrent les poèmes qu’ils portent. En eux.
C’est beau…
Et ce soir, jeudi 17 novembre, un aîné sage et généreux, Cheikh Tijaan Sow me convoque à Bordeaux et me convie à (en)chanter les possibles accompagné par les merveilleux musiciens de son combo Afro-Cubano.
Aux Arts Citoyens, nous n’avons rien d’autre, rien d’autre dans la vie, que d’être vivants !!!

Nous ne sommes que solitude

Nous ne sommes que solitude
En quête de plénitude bleue
Comme l’azur sans limites
De nos rêves fragiles

L’horizon indigo
De nos mots qui sèment
Les aurores boréales
Et les fragments de bonheur sans fard

Poèmes
D’errance
D’amour
D’orage
Et d’espérance

MAOB

ngazidjasurlalune

Oloron, Osse-en-Aspe, Hendaye et Ciboure

Merci à la Compagnie Pléiades, Alain Larribet et Caroline Bentz pour l’invitation et l’accueil, toujours chaleureux, dans la Vallée d’ASPEranza …
Merci à Sylvie Darreau et Anne-Marie Carthé pour le partage à La Poterie… La Cheminante est une Maison.
Merci au public qui s’est déplacé pendant ces trois jours frénétiques, entre Oloron, Osse-en-Aspe, Hendaye et Ciboure. C’était beau.
Et parce que nous n’avons rien, rien d’autre dans la vie que d’être vivant, nous continuerons de fréquenter, d’envisager, « dévisager » la beauté. Ensemble!!!